Accéder au contenu principal

Articles

L'enfermement d'une génération

Le grand enfermement d'une génération ou « The Coddling of the American Mind »
C'est la fin de l'été 2015 et une parution dans le magazine « The Atlantic » fait pas mal jaser dans les corridors. La plupart des gens du milieu le savaient, mais ils avaient peur d'en parler pour éviter les soupçons. Les murs ont des oreilles, surtout ceux des réseaux a-sociaux. L'article en question : « The Coddling of the American Mind », est signé par deux Américains, Greg Lukianoff, un avocat défenseur des droits civiques, et Jonathan Haidt, un psychologue sociale et professeur d'éthique à l'université. Le sujet? Un phénomène mystérieux sur les campus américains : des pratiques sociales et éducatives qui sont sensées aider les étudiants et qui ont l'effet inverse. L'enfer est toujours pavé de bonnes intentions.
Suite à la parution de l'article, une prises de conscience collective a lieu partout en Occident. Une série d'événements troublants sont rapportés…
Articles récents

Qu'est-ce que la satire? Un plaidoyer de culpabilité

Qu'est-ce que la satire? Un plaidoyer de culpabilité
Il semblerait qu'un bruit court, tout autour de nous. Une rumeur qui nous guette à tout moment, prête à nous saisir d'un bond, nous emportant avec elle en dehors de la réalité. « Fake news! » , « Fake news! », répètent les haut-parleurs de la comédie publique. Quand c'est pas moi c'est l'autre et quand c'est pas l'autre c'est Dieu, le Concept, l'Idée pure et sa belle-soeur l'Arrière-monde. L'Histoire est ré-écrite, et la rumeur veut, que cette version-ci, choisie par les nouveaux-vieux, soit la preuve immaculée du péché originel; le péché de l'Homme-blanc-cis, patriarche de toutes les tragédies et premier moteur immobile de toutes les cruautés. Emprisonné a perpétuité, l'Homme-blanc-cis est condamné. Sa Raison est déraisonnable, du fait même de sa supériorité. Il ne peut comprendre parce qu'il n'a pas vécu et il ne peut pas avoir vécu en étant privilégié; telle est la …

Psychohistoire du petit Québec dans le Canada

Psychohistoire du petit Québec dans le Canada
Au début du mois de novembre, Emmanuel Todd fait une conférence sur le destin de l'Europe après la vague populiste qui l'a secoué. Il était invité en tant qu'anthropologue et démographe en premier lieu, mais surtout pour son talent de prospective géopolitique avant-gardiste. Il aura, dans sa « carrière » de prospectiviste, prédit l'effondrement de l'Union Soviétique en analysant le taux de mortalité infantile du régime totalitaire, prédit le printemps arabe grâce aux indicateurs de fertilité des régimes de la région, vu d'avance la perte d'influence de l'Empire américain sur le reste de la planète et aperçu avant tout le monde le sujet de la conférence (la vague populiste en Occident). Ses travaux sont suivis par la plupart des dirigeants sur la planète et il avoue entretenir en tant qu'individu des liens d'amitié avec des politiciens et diplomates étrangers sur plusieurs continents.
Suite à l'…

Éloge de la bienveillance

Éloge de la bienveillance
« ...on a raison de se louer soi-même quand on ne trouve personne pour le faire. » - (Érasme, Éloge de la folie)
C'est la bienveillance qui parle
Les gens de ce monde tiennent sur moi bien des propos, et je sais tout le bien qu'on entend dire de la Bienveillance, même chez les bienveillants. C'est pourtant moi, et moi seul, qui émeut les Dieux et les hommes. Aujourd'hui même, la preuve en est faite largement, puisqu'il m'a suffi de paraître devant ce nombreux auditoire pour mettre dans tous les yeux la plus fière larme. Tout de suite, votre visage s'est tendu vers moi et votre sourire tiré m'a applaudie d'un doux malaise. Tous, tant que vous êtes, je vous vois, ivres du sang du fils de Dieu, mêlé toutefois d'un peu de champignons magiques, alors qu'il y a un instant vous étiez assis, décidés et rigoureux, comme des échappés du piège de l'araignée sur la croix. Quand le beau soleil se dérobe à la terre, ou quan…

Atomisation et élitisme: Comment - le pacte - ne répond absolument à rien

Atomisation et élitisme: Comment - le pacte - ne répond absolument à rien
« Mais lorsque Zarathoustra fut seul, ainsi dit à son cœur : » Serait-ce chose possible ? Ce saint vieillard, en sa forêt, encore n'a pas ouï dire que Dieu est mort ! » - Ainsi parlait Zarathoustra, Friedrich Nietzsche
« Dieu est mort ! Ces mots si durs aux oreilles de l'homme résonnent à travers le temps, parcourent les distances les plus lointaines et inimaginables pour nos ancêtres et ne cessent d'être niés au profit de mythes et légendes toujours plus invraisemblables les unes que les autres. Dieu est mort et c'est l'homme qui l'a tué nous martèle le prophète Zarathoustra. Malgré tout, l'histoire est incomplète. L'Odyssée qui aura provoqué cette mort annoncée n'aura jamais été écrite. Elle n'est pas terminée. Elle ne le sera sans doute jamais. Dieu est mort, et ce, pour de bon, mais le nihilisme ne peut combler le vide qui s'est insinué dans le monde de l'homm…

Vie et moeurs des libres-penseurs en temps troublés

Vie et moeurs des libres-penseurs en temps troublés
La montée des populismes nous guette. La terreur est tout autour de nous. Les systèmes d'oppression continuent à soumettre les minorités opprimées et les démagogues populistes sont la cause de toutes nos misères. Depuis des lunes, ils étaient tapis dans l'ombre à attendre le moment opportun pour sauter et attaquer les fondements de la démocratie, de nos institutions et de nos valeurs. Ces pervers narcissiques sont tout autour de nous en train d'agresser toutes les femmes qui tombent sous leur regard. Ces déséquilibrés mentaux osent voter pour Donald Trump ce psychopathe qui enlève les bébés à la frontière. Ces désaxés du bocal daignent approuver les politiques migratoires du monstre Victor Orban. Ces malades mentaux racistes, islamophobes, xénophobes sortent dans la rue pour tirer des « racisés » pis les « identités opprimées ». Les fachos sont partout pis il faut les combattre! Et ceux qui osent remettre en question ces a…

Le jardin et la surveillance

Le jardin et la surveillance
« Et de jour en jour, la nourriture et la vie première changèrent, comme leur montraient, par de nouvelles pratiques et par le feu, ceux qui l'emportaient par leur génie et la valeur de leur coeur. Et commencèrent à fonder des villes et à y placer une citadelle, protection et refuge à leur attention, les rois, et à diviser les troupeaux et les champs pour les donner à chacun selon sa beauté, ses forces et son génie. Car la beauté était très en honneur et la force prévalait. Ensuite la richesse fut inventée et l'or découvert, qui facilement à force et beauté ravit l'honneur, car ils suivent le plus souvent le parti du riche, les hommes, quelles que soient leur force et leur beauté. Que si l'on gouvernait sa vie selon la vraie doctrine. la grande richesse est, pour l'homme, de vivre frugalement et l'esprit tranquille. Car de peu il n'est jamais pénurie. Mais les hommes ont voulu être illustres et puissants pour que leur fortune s…