Accéder au contenu principal

La suffisance de la Gloire




"Toute la gloire du monde ne mériterait pas qu'un homme d'entendement étendît seulement le doigt pour l'acquérir."

La médiocratie dans laquelle nous vivons pousse beaucoup d'individus à s'assujettir à certains désirs mimétiques ou à la gloire d'une reconnaissance de ses pairs. L'individu moyen sent toute la lourdeur de son nihilisme et tente de le combler avec des possessions illusoires telles la richesse et la gloire. Ce mode de vie absurde est mis en valeur dans la reproduction sociale de nos mœurs et la scarification de notre psychée à des fins mercantiles. 

C'est pourquoi Épicure avait comme principe de "cacher sa vie" et défendre à ses suivants les charges et négoces publiques, car cela "présuppose aussi nécessairement qu'on méprise la gloire: qui est une appropriation que le monde fait des actions que nous mettons en évidence."

"La vertu est chose bien vaine et frivole, si elle tire sa recommandation de la gloire. Pour néant entreprendrions-nous de lui faire tenir son rang à part, et la déjoindrions de la fortune: car qu'est-il plus fortuit que la réputation?" En effet, c'est la chance qui nous fait naître dans la bonne famille, aller dans la bonne école, qui nous fait rencontrer les bonnes personnes au bon moment, qui nous donne l'opportunité de se faire-valoir et qui nous met sur le chemin de la Gloire.

Profecto fortuna in omni re dominatur: ea, res cunctas ex libidine magis quam ex vero celebrat obscuratque (La fortune, assurément, règne en toute chose: elle glorifie ou humilie tout selon son caprice et non d'après la véritable valeur.)

Et c'est là toute l'absurdité des médiocres; leur suffisance les amène à croire qu'ils sont les artisans de leur réputation, de leur richesse et de leur gloire! Comme s'ils étaient des Dieux parmi les hommes.

Vera et sapiens animi magnitudo honestum illud quod maxime naturam sequitur in factis positum non in gloria judicat (Une âme vraiment sage et grande estime que l'honneur, principal but de notre nature, se trouve dans les actes, non dans la gloire.)

Les vedettes et les stars sont le paroxysme de cette suffisance. Leur rôle est d'hypnotiser les mécréants par l'image de cette gloire; l'image du succès; le spectacle d'un vide consubstantiel. C'est en côtoyant ces personnes qu'on peut très rapidement comprendre l'étendue de ce nihilisme contemporain.

"Qui n'est homme de bien que parce qu'on le saura, et parce qu'on l'en estimera mieux, après l'avoir su: qui ne veut bien faire qu'en condition que sa vertu vienne à la connaissance des hommes, celui-là n'est pas homme de qui on puisse tirer beaucoup de service."

Tous les prix, les trophées, les statuettes, les étiquettes, les fonctions, toute la renommée, les légions d'honneur, toute la puissance de la célébration et toute l'immensité des symboles ne sont que des artifices créés par et pour les médiocres.

"Je ne me soucie pas tant, quel je sois chez autrui, comme je me soucie que je sois en moi-même. Je veux être riche par moi, non par emprunt. Les étrangers ne voient que les événements et apparences externes: chacun eut faire bonne mine par le dehors, plein au-dedans de fièvre et d'effroi. Ils ne voient pas mon cœur, ils ne voient que mes contenances."

Toute l'hypocrisie de cette suffisance de la gloire n'est qu'une manière de masquer la toxicité de notre société. De stigmatiser les individus hors de la moyenne - ceux qui diffèrent de la norme des médiocres - et provoquer l'anxiété pathogène de ce besoin de réussir sa vie. 

Et c'est là qu'on voit des gens plein de richesse, plein de talents, plein de gloire, plein de renommée... se trancher les veines, se pendre, se tirer avec un fusil de chasse.

Parce que la gloire est une fumisterie faite pour les médiocres.

(Les citations et le latin viennent de l'essai "De la gloire" dans le deuxième tome des Essais de Montaigne.)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Mépris de classe; le sentiment de la distance

« Ce sont plutôt les « bons » eux-mêmes, c'est-à-dire les nobles, les puissants, les supérieurs en position et en pensée qui ont éprouvé et posé leur façon de faire en eux-mêmes comme bons, c'est-à-dire excellents, par contraste avec tout ce qui est bas, bas d'esprit, vulgaire et populacier. » - Nietzsche, généalogie de la morale
Au menu médiatique, chaos à l'intermarché durant une promotion de 70% pour le nutella, commentaires de mononcles aux tribunes de radio x, rire gras en face du grugeage de piscine à la résidence des jeannettes, mais surtout, le diagnostic de l'homme blanc hétéro-cissexiste-privilégié; un mépris de classe nouveau genre fait une percée marquée depuis l'apparition des médias sociaux. La mondialisation à fait ses vainqueurs et défaits ses vaincus. Plus rien ne va dans les communs, les grands récits sont morts en même temps que Dieu et l'Homme, la crise de la culture endémique poursuit son travail de démolition consumériste, le marché bou…

De la sexualité à la vérité

De la sexualité à la vérité
Plus de trente ans après la mort de Michel Foucault et la parution des deux précédents tomes de « L'histoire de la sexualité », paraît le quatrième de la série : « Les aveux de la chair ». Cet événement littéraire nous pousse à revoir cette archéologie inachevée. L'expérience est payante pour le lecteur qui se prête à l'exercice, car dans ce dernier opus Foucault y va d'un tour de force. À travers une analyse titanesque des archives et textes des Pères de l'Église, il poursuit son analyse des « points de passage des relations de pouvoir » (La volonté de savoir, tome I) antérieurs à, et en partie constitutifs de la science de la sexualité occidentale telle qu'elle a été formée aux 18e et 19e siècles. « Science », prise non pas sous l'angle de l'économie des actes sexuels ou de la libido, mais plutôt comme une « méthode de gestion de la vie » propre à notre civilisation; le « pouvoir », étudié non pas dans sa forme « juridico-di…

Le trésor révolutionnaire d'Hannah Arendt

« Plus on l'écoutait, plus on se rendait à l'évidence que son incapacité à parler était étroitement liée à son incapacité à penser – à penser notamment du point de vue de quelqu'un d'autre. Il était impossible de communiquer avec lui, non parce qu'il mentait, mais parce qu'il s'entourait du plus efficace des mécanismes de défense contre les mots et la présence des autres et, partant, contre la réalité en tant que telle. » - Eichmann à Jérusalem, Hannah Arendt
C'est dans ces termes qu'Hannah Arendt entreprend de décrire un nouveau type de mal dans l'expérience de l'histoire humaine. Car c'est aux croisements du déclin de l'état-Nation et des droits de l'homme d'une part, de la crise de représentation politique et de l'émergence des leaders de masse d'autre part, que la banalité du mal émergea comme phénomène social radical.Un phénomènequi aura sévit dans toutes les couches de la société, nous ébranlant, à travers l'…