Accéder au contenu principal

Quatre métaphores lovecraftiennes

Quatre métaphores lovecraftiennes 

Le mythe de Cthulhu, c'est avant tout deux univers qui s'entrechoquent, la vie normale d'un personnage commun qui tombe nez à nez avec l'horreur de son existence; le nihilisme d'une réalité où tout est possible et rien n'est compréhensible. La folie brutale et tragique de l'univers. L'effacement de l'histoire du présent dans le vaste champs chaotique de l'infini. En des termes plus simples, il y a des éveillés et des endormis. 

Police secrète, intelligence artificielle, société panoptique, économie de l'attention, transhumanisme, surveillance généralisée, état d'urgence permanent, attentats terroristes, militarisation des états, explosion des conflits liés aux changements climatiques, aux ressources énergétiques, aux identités ou des mouvements de populations, la fuite du capital en dehors de la portée des États, l'isolation du capital et de la reproduction sociale; d'un côté la dure réalité d'un monde remplie d'horreurs et de l'autre, le monde du spectacle.

Ce qui m'impressionne le plus de l'univers de Lovecraft c'est le monde des rêves (Dreamworld). Dans ce monde se situe une copie du nôtre, mais qui ne fonctionne pas exactement selon les codes de notre univers. Le héros de Lovecraft, dans le monde des rêves, voyage dans un monde qui n'est pas monde et qui n'est ni fixe dans le temps ou l'espace. Mais son existence dans cet univers est très réelle et s'ajoute à l'existence réelle en dehors du monde irréel du monde des rêves.

Le monde des rêves, le monde des idéologies, le monde des idées, des identités, nous permet d'accumuler deux existences sur deux plans de la réalité. La réalité d'une vie normale à vivre et la vie irréelle du récit idéologique.

La troisième raison est purement un sentiment esthétique face à la réalité des "sciences économiques". Tout comme Léviathan vient des créatures mythiques des textes de la Bible :"C'est l'art, en effet, qui crée ce grand LÉVIATHAN, appelé RÉPUBLIQUE ou ÉTAT (civitas en latin) qui n'est autre chose qu'un homme artificiel, quoique de stature et de force plus grandes que celles de l'homme naturel, pour la défense et la protection duquel il a été conçu." - Thomas Hobbes, Léviathan. 

Car qu'y a-t-il de mieux pour représenter l'ordre croissant des méga corporations comme Total, déterritorialisées, présentes dans des dizaines d'États, ayant des dizaines, voir des centaines de milliers ou des millions d'employés vivant de près ou de loin dans un nouveau mode de totalitarisme, avec des tentacules qui nagent dans tous les secteurs d'activités économiques, politiques et même religieux, donc un organisme gigantesque indescriptible et tentaculaire comme les grands anciens le sont dans l'univers de Lovecraft: "En lui, la souveraineté est une âme artificielle, car elle donne vie et mouvement au corps tout entier..." (Hobbes)

"Nous avons besoins d'un antidote souverain contre toutes les formes de réalisme." - Michel Houellebecq, H.P. Lovecraft contre le monde, contre le vie.

Dans le mythe de Cthulhu, on vit l'explosion et l'effacement de l'histoire, mais aussi l'égarement dans le temps. Tous les repères réalistes devenant difformes et malléables, il n'y a que par le folie qu'on pourrait tenter d'y faire un peu d'ordre.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'enfermement d'une génération

Le grand enfermement d'une génération ou « The Coddling of the American Mind »
C'est la fin de l'été 2015 et une parution dans le magazine « The Atlantic » fait pas mal jaser dans les corridors. La plupart des gens du milieu le savaient, mais ils avaient peur d'en parler pour éviter les soupçons. Les murs ont des oreilles, surtout ceux des réseaux a-sociaux. L'article en question : « The Coddling of the American Mind », est signé par deux Américains, Greg Lukianoff, un avocat défenseur des droits civiques, et Jonathan Haidt, un psychologue sociale et professeur d'éthique à l'université. Le sujet? Un phénomène mystérieux sur les campus américains : des pratiques sociales et éducatives qui sont sensées aider les étudiants et qui ont l'effet inverse. L'enfer est toujours pavé de bonnes intentions.
Suite à la parution de l'article, une prises de conscience collective a lieu partout en Occident. Une série d'événements troublants sont rapportés…

Mépris de classe; le sentiment de la distance

« Ce sont plutôt les « bons » eux-mêmes, c'est-à-dire les nobles, les puissants, les supérieurs en position et en pensée qui ont éprouvé et posé leur façon de faire en eux-mêmes comme bons, c'est-à-dire excellents, par contraste avec tout ce qui est bas, bas d'esprit, vulgaire et populacier. » - Nietzsche, généalogie de la morale
Au menu médiatique, chaos à l'intermarché durant une promotion de 70% pour le nutella, commentaires de mononcles aux tribunes de radio x, rire gras en face du grugeage de piscine à la résidence des jeannettes, mais surtout, le diagnostic de l'homme blanc hétéro-cissexiste-privilégié; un mépris de classe nouveau genre fait une percée marquée depuis l'apparition des médias sociaux. La mondialisation à fait ses vainqueurs et défaits ses vaincus. Plus rien ne va dans les communs, les grands récits sont morts en même temps que Dieu et l'Homme, la crise de la culture endémique poursuit son travail de démolition consumériste, le marché bou…

De la sexualité à la vérité

De la sexualité à la vérité
Plus de trente ans après la mort de Michel Foucault et la parution des deux précédents tomes de « L'histoire de la sexualité », paraît le quatrième de la série : « Les aveux de la chair ». Cet événement littéraire nous pousse à revoir cette archéologie inachevée. L'expérience est payante pour le lecteur qui se prête à l'exercice, car dans ce dernier opus Foucault y va d'un tour de force. À travers une analyse titanesque des archives et textes des Pères de l'Église, il poursuit son analyse des « points de passage des relations de pouvoir » (La volonté de savoir, tome I) antérieurs à, et en partie constitutifs de la science de la sexualité occidentale telle qu'elle a été formée aux 18e et 19e siècles. « Science », prise non pas sous l'angle de l'économie des actes sexuels ou de la libido, mais plutôt comme une « méthode de gestion de la vie » propre à notre civilisation; le « pouvoir », étudié non pas dans sa forme « juridico-di…