Accéder au contenu principal

Le prix à payer

Le prix à payer

Dès la création du capitalisme impérialiste
L'Homme blanc aura conquis les droits simplistes
De piller la terre des barbares en échange de sa foi
Et violer les libertés grâce aux lois divines de sa démocratie

L'avènement de la technologie nous rappelle les cruautés
Faites en notre nom, dans notre éternelle quête de sécurité
La politique publique est de dénoncer le terrorisme
En bombardant les contrées éloignées, de toute notre supériorité

Après des décennies de vol, de bombes et de génocides
Commanditées par les poches des exportateurs sans moralité
Les réfugiés du colonialisme ethnique tentent de traverser
Le fleuve de pétrole séparant la guerre et le voile de l'ignorance

En bons paysans, nous avons les yeux rivés sur nos écrans
Sur les passeurs traversant le Styx de notre médiocrité
Couleur noire cendrée par toutes les calamités
Faites en notre nom, dans la quête de notre sacro-sainte liberté

Aucune loi ne permet la chance à ces braves combattants
Le droit d'asile dans notre cité d'âmes perdues
Obnubilées par le meurtre d'un lion aux mains d'un dentiste
Et gentiment outragées par les photos d'enfants noyés

Nous verserons des larmes, l'instant d'un moment
Nous nous rappellerons à quel point nous aimons notre "liberté"
Nous crierons justice dans nos médias posturalistes
Et nous oublierons peu à peu, au profit des élections de notre absurdité

Le prix à payer pour toute la haine de l'Homme blanc
C'est d'être assiégé par les hordes de familles en quête d'un rêve
Même si nous sommes conscient que notre liberté est emmurée
Ils la préféreront tous à leur réalité

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Mépris de classe; le sentiment de la distance

« Ce sont plutôt les « bons » eux-mêmes, c'est-à-dire les nobles, les puissants, les supérieurs en position et en pensée qui ont éprouvé et posé leur façon de faire en eux-mêmes comme bons, c'est-à-dire excellents, par contraste avec tout ce qui est bas, bas d'esprit, vulgaire et populacier. » - Nietzsche, généalogie de la morale
Au menu médiatique, chaos à l'intermarché durant une promotion de 70% pour le nutella, commentaires de mononcles aux tribunes de radio x, rire gras en face du grugeage de piscine à la résidence des jeannettes, mais surtout, le diagnostic de l'homme blanc hétéro-cissexiste-privilégié; un mépris de classe nouveau genre fait une percée marquée depuis l'apparition des médias sociaux. La mondialisation à fait ses vainqueurs et défaits ses vaincus. Plus rien ne va dans les communs, les grands récits sont morts en même temps que Dieu et l'Homme, la crise de la culture endémique poursuit son travail de démolition consumériste, le marché bou…

De la sexualité à la vérité

De la sexualité à la vérité
Plus de trente ans après la mort de Michel Foucault et la parution des deux précédents tomes de « L'histoire de la sexualité », paraît le quatrième de la série : « Les aveux de la chair ». Cet événement littéraire nous pousse à revoir cette archéologie inachevée. L'expérience est payante pour le lecteur qui se prête à l'exercice, car dans ce dernier opus Foucault y va d'un tour de force. À travers une analyse titanesque des archives et textes des Pères de l'Église, il poursuit son analyse des « points de passage des relations de pouvoir » (La volonté de savoir, tome I) antérieurs à, et en partie constitutifs de la science de la sexualité occidentale telle qu'elle a été formée aux 18e et 19e siècles. « Science », prise non pas sous l'angle de l'économie des actes sexuels ou de la libido, mais plutôt comme une « méthode de gestion de la vie » propre à notre civilisation; le « pouvoir », étudié non pas dans sa forme « juridico-di…

Le trésor révolutionnaire d'Hannah Arendt

« Plus on l'écoutait, plus on se rendait à l'évidence que son incapacité à parler était étroitement liée à son incapacité à penser – à penser notamment du point de vue de quelqu'un d'autre. Il était impossible de communiquer avec lui, non parce qu'il mentait, mais parce qu'il s'entourait du plus efficace des mécanismes de défense contre les mots et la présence des autres et, partant, contre la réalité en tant que telle. » - Eichmann à Jérusalem, Hannah Arendt
C'est dans ces termes qu'Hannah Arendt entreprend de décrire un nouveau type de mal dans l'expérience de l'histoire humaine. Car c'est aux croisements du déclin de l'état-Nation et des droits de l'homme d'une part, de la crise de représentation politique et de l'émergence des leaders de masse d'autre part, que la banalité du mal émergea comme phénomène social radical.Un phénomènequi aura sévit dans toutes les couches de la société, nous ébranlant, à travers l'…