Accéder au contenu principal

Mon pays - Intro


Mon pays

Mon pays est en moi. Il est dans mes valeurs et mes comportements que j'entretiens avec la société. Je le vois autour de moi en marchant dans la rue. Je le sens comme je sens comme une odeur inoubliable. Je le goûte et savoure ses mille saveurs aussi amer et douces soient-elles. Je l'entends battre son rythme au plus profond de mon existence. Je le touche à travers mes actions et mes pensées. C'est la feuille d'érable et la fleur de lys. C'est le sirop d'érable et le hockey. C'est l'anglais et le français. C'est le rapprochement entre mon voisin et moi. C'est l'océan et les prairies.
Mon pays me défini et je défini mon pays.
Je m'appelle Yann Roshdy. Je suis étudiant en soins préhospitaliers d'urgence au cégep Ahuntsic et j'ai 24 ans. Je suis né au Québec d'une mère Québécoise et d'un père Marocain. J'ai été élevé seul par ma mère et je suis chrétien non-pratiquant. J'ai décidé d'écrire sur ce que j'attends de mon pays en tant que Canadien, Québécois, étudiant, fils d'immigrant, mais surtout en tant qu'être humain. J'ai décidé d'écrire sur les dix sujets qui me tiennent le plus à coeur en 2010. Ces sujets sont:

-La hausse des frais de scolarité et l'éducation au Québec
-La politique Québécoise, la gauche fédéraliste
-L'écart de richesse entre les riches et les pauvres
-Les paramédics en quête d'un ordre professionnel québécois et les soins avancés au Québec
-Les changements climatiques et leurs effets socio-politiques
-Les corps de police canadiens, les gouvernements provinciaux et fédéral et la charte des droits et libertés
-La liberté et la vérité en guerre contre la sécurité et le mensonge: wikileak, internet et les médias
-La convergence et Québécor média
-La crise de la construction au quebec
-Le conflit Isréalo-Palestiniens et l'anti-sionisme

Je n'espère pas convaincre mais plutôt instruire. Je trouve ma génération très loin de la politique et ce à cause d'un sentiment de résignation. Un sentiment qui nous fait baisser les bras. Un sentiment qui nous fait sentir faible face à un système gigantesque. Un sentiment que nous avons depuis trop longtemps et qui nous empêche d'aller de l'avant. Un sentiment qui voile le vrai visage de notre pays. Un sentiment qui empêche de se souvenir qui nous sommes: liberté, égalité, laïcité. Un sentiment qui nous rend lâche.

Le savoir sera notre salut. Le champs de bataille est dans notre vision du monde, dans notre compréhension de l'actualité et surtout dans nos gestes quotidiens. L'avenir est maintenant et c'est l'heure de le façonner à notre image. Mon pays c'est nous tous, Québécois.


Commentaires

  1. Je suis né au Québec d'une mère Québécoise et d'un père Marocain.

    Ok on comprend pourquoi tu est contre la charte de la laicité

    La vérité de l’ancien Roi Hassan II du Maroc.
    Ancien Roi du Maroc, Hassan II dit :
    "Un musulman ne peut être une personne laïc, si un musulman dit qu’il est laïc et bien, je dit qu’il n’est plus musulman"
    Selon la sharia islamique, un musulman n’a pas le droit de quitter cette idéologie, sous peine de mort.

    C'est cela la tolérance des musulmans?
    Une idéologie que l'on peut quitter sous peine de mort ..bravo mon hyppocritte
    C'est de l'islamofachisme

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Mépris de classe; le sentiment de la distance

« Ce sont plutôt les « bons » eux-mêmes, c'est-à-dire les nobles, les puissants, les supérieurs en position et en pensée qui ont éprouvé et posé leur façon de faire en eux-mêmes comme bons, c'est-à-dire excellents, par contraste avec tout ce qui est bas, bas d'esprit, vulgaire et populacier. » - Nietzsche, généalogie de la morale
Au menu médiatique, chaos à l'intermarché durant une promotion de 70% pour le nutella, commentaires de mononcles aux tribunes de radio x, rire gras en face du grugeage de piscine à la résidence des jeannettes, mais surtout, le diagnostic de l'homme blanc hétéro-cissexiste-privilégié; un mépris de classe nouveau genre fait une percée marquée depuis l'apparition des médias sociaux. La mondialisation à fait ses vainqueurs et défaits ses vaincus. Plus rien ne va dans les communs, les grands récits sont morts en même temps que Dieu et l'Homme, la crise de la culture endémique poursuit son travail de démolition consumériste, le marché bou…

De la sexualité à la vérité

De la sexualité à la vérité
Plus de trente ans après la mort de Michel Foucault et la parution des deux précédents tomes de « L'histoire de la sexualité », paraît le quatrième de la série : « Les aveux de la chair ». Cet événement littéraire nous pousse à revoir cette archéologie inachevée. L'expérience est payante pour le lecteur qui se prête à l'exercice, car dans ce dernier opus Foucault y va d'un tour de force. À travers une analyse titanesque des archives et textes des Pères de l'Église, il poursuit son analyse des « points de passage des relations de pouvoir » (La volonté de savoir, tome I) antérieurs à, et en partie constitutifs de la science de la sexualité occidentale telle qu'elle a été formée aux 18e et 19e siècles. « Science », prise non pas sous l'angle de l'économie des actes sexuels ou de la libido, mais plutôt comme une « méthode de gestion de la vie » propre à notre civilisation; le « pouvoir », étudié non pas dans sa forme « juridico-di…

Le trésor révolutionnaire d'Hannah Arendt

« Plus on l'écoutait, plus on se rendait à l'évidence que son incapacité à parler était étroitement liée à son incapacité à penser – à penser notamment du point de vue de quelqu'un d'autre. Il était impossible de communiquer avec lui, non parce qu'il mentait, mais parce qu'il s'entourait du plus efficace des mécanismes de défense contre les mots et la présence des autres et, partant, contre la réalité en tant que telle. » - Eichmann à Jérusalem, Hannah Arendt
C'est dans ces termes qu'Hannah Arendt entreprend de décrire un nouveau type de mal dans l'expérience de l'histoire humaine. Car c'est aux croisements du déclin de l'état-Nation et des droits de l'homme d'une part, de la crise de représentation politique et de l'émergence des leaders de masse d'autre part, que la banalité du mal émergea comme phénomène social radical.Un phénomènequi aura sévit dans toutes les couches de la société, nous ébranlant, à travers l'…