Accéder au contenu principal

Radicalisation ou islamisation?

Radicalisation et islamisation

Avec les attentats terroristes en sol européen qui se répètent à intervalle régulier, le voile du Réel est soulevé. Le Réel d'une société fragilisée par les inégalités, les logiques ségrégationnistes et une reproduction sociale décomplexée. Cette réalité nous apparaît après plus de 30 ans de gangrène néolibérale mondialisée malgré les nombreux cris d'alarme lancé par les quelques individus ignorés par les médias, les élites et nos médiocres endimanchés. La fracture populiste ridiculisée et minimisée par ces élites corporatistes, politiques, intellectuelles, académiques et médiatiques culmine par les séismes d'une extrême-droite en tête des sondages partout sur nos continents. Le cynisme, le désintérêt, la radicalisation et la démagogie est une hydre à quatre têtes à laquelle nous sommes confrontés. Cette créature mythique doit être comprise en tant que symbole avant d'être conquise par l'effort concerté d'un peuple prenant le contrôle de ses institutions laissées à l'abandon de la gouvernance et d'une médiocratie en guise de société.

Est-ce qu'il s'agit d'une radicalisation de l'Islam ou d'une islamisation des radicalités? Considérant que le monde dans sa représentation est plus facile à saisir à travers les manichéismes, cette question n'est pas épargnée par ce phénomène. Deux visions de la société moderne nous sont proposées. La première, plutôt universaliste et libérale, représentée par des sociologues comme Olivier Roy et Raphaël Liogier, parlent de l'islamisation d'une révolte générationnelle et nihiliste. Les seconds, plutôt réactionnaires, va-t-en-guerres et différentialistes, y voient plutôt le phénomène d'une radicalisation de l'Islam dans son essence provoquant un choc entre deux cultures irréconciliables. Il va s'en dire que ce manichéisme est instrumentalisé autant par les bisounours criant le "pas d'amalgames" que les xénophobes lançant des "retournez chez vous" aux réfugiés d'un Réel en plen changement.

Malheureusement, ces deux visions cumulent un conflit entre la vision macroscopique et microscopique des phénomènes historiques. Ainsi, le principe dune révolte nihiliste, issu des recherches en psychologie, est en effet présent chez la grande majorité des djihadistes qui se font sauter afin d'atteindre l'idéal d'un arrière-monde. Cet arrière-monde était aussi présent dans les années 70 au sein des groupes d'extrême-gauche communistes coupables de violences un peu partout en occident. Malgré tout, ce principe ne prend pas en compte la réalité macroscopique des perceptions de l'individu moyen dans un environnement spécifique. En effet, le retour du sacré et l'essor du fondamentalisme islamique au Moyen-Orient et en Occident sont des faits établis. Cette réalité où baigne ces individus les influence, qu'on le veuille ou non, à travers les choix qu'ils font dans leur vie.

Or donc, le Réel se trouve entre les deux. Considérant que nous ne sommes pas des êtres rationnels isolés de notre environnement et que notre environnement n'est pas gage d'un déterminisme absolu aboutissant à une différence irréconciliable entre un "Islam essentialisé" et un "occident moderne", il faut comprendre et accepter le Réel tel qu'il est: le terrorisme existe par la révolte d'une génération d'indignés en carence d'identité ou d'accomplissements économiques et sociales, en conjonction avec un environnement fondamentaliste qui favorise l'émergence des solutions belliqueuses. Qui plus est, la question des politiques extérieures islamophobes augmente la portée de ce différentialisme autant en Occident qu'au Moyen-Orient. 

Maintenant qu'on a comprit le Réel, il est temps de le conquérir plutôt que de le subir.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Mépris de classe; le sentiment de la distance

« Ce sont plutôt les « bons » eux-mêmes, c'est-à-dire les nobles, les puissants, les supérieurs en position et en pensée qui ont éprouvé et posé leur façon de faire en eux-mêmes comme bons, c'est-à-dire excellents, par contraste avec tout ce qui est bas, bas d'esprit, vulgaire et populacier. » - Nietzsche, généalogie de la morale
Au menu médiatique, chaos à l'intermarché durant une promotion de 70% pour le nutella, commentaires de mononcles aux tribunes de radio x, rire gras en face du grugeage de piscine à la résidence des jeannettes, mais surtout, le diagnostic de l'homme blanc hétéro-cissexiste-privilégié; un mépris de classe nouveau genre fait une percée marquée depuis l'apparition des médias sociaux. La mondialisation à fait ses vainqueurs et défaits ses vaincus. Plus rien ne va dans les communs, les grands récits sont morts en même temps que Dieu et l'Homme, la crise de la culture endémique poursuit son travail de démolition consumériste, le marché bou…

De la sexualité à la vérité

De la sexualité à la vérité
Plus de trente ans après la mort de Michel Foucault et la parution des deux précédents tomes de « L'histoire de la sexualité », paraît le quatrième de la série : « Les aveux de la chair ». Cet événement littéraire nous pousse à revoir cette archéologie inachevée. L'expérience est payante pour le lecteur qui se prête à l'exercice, car dans ce dernier opus Foucault y va d'un tour de force. À travers une analyse titanesque des archives et textes des Pères de l'Église, il poursuit son analyse des « points de passage des relations de pouvoir » (La volonté de savoir, tome I) antérieurs à, et en partie constitutifs de la science de la sexualité occidentale telle qu'elle a été formée aux 18e et 19e siècles. « Science », prise non pas sous l'angle de l'économie des actes sexuels ou de la libido, mais plutôt comme une « méthode de gestion de la vie » propre à notre civilisation; le « pouvoir », étudié non pas dans sa forme « juridico-di…

Le trésor révolutionnaire d'Hannah Arendt

« Plus on l'écoutait, plus on se rendait à l'évidence que son incapacité à parler était étroitement liée à son incapacité à penser – à penser notamment du point de vue de quelqu'un d'autre. Il était impossible de communiquer avec lui, non parce qu'il mentait, mais parce qu'il s'entourait du plus efficace des mécanismes de défense contre les mots et la présence des autres et, partant, contre la réalité en tant que telle. » - Eichmann à Jérusalem, Hannah Arendt
C'est dans ces termes qu'Hannah Arendt entreprend de décrire un nouveau type de mal dans l'expérience de l'histoire humaine. Car c'est aux croisements du déclin de l'état-Nation et des droits de l'homme d'une part, de la crise de représentation politique et de l'émergence des leaders de masse d'autre part, que la banalité du mal émergea comme phénomène social radical.Un phénomènequi aura sévit dans toutes les couches de la société, nous ébranlant, à travers l'…