Vrai

Le présent nous est imparfait
La suite de nos idées fuie notre compréhension
Des destins dubitatifs

Chacun cache sa vraie nature
Derrière les portes closes de l'adultère de la vie
Effrayé des conséquences de la vérité

Au-delà de cet atmosphère délétère
Surgit la pensée d'un renouveau
Cercle vicieux d'aspirations
Avec toutes nos prétentions

Anémique de la société, je suis dépassé
Par autant d'anticipation sans réhabilitation
Je tente de me libérer de ma propre vanité
En attendant ma propre résurrection

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La société de masse

La petite histoire des bobos contemporains

De quoi Cthulhu est-il la somme?