Souvenirs d'enfance: 9 ans

J'ai neuf ans, ma mère et moi pensons que j'aime bien son conjoint et ils décident donc de déménager dans le fin fond du trou du cul du monde dans un petit village empli de péquenauds. C'est certains que je ne pouvais pas détester le dude en question après qu'il m'aie acheter un chandail de Patrick Roy et son fameux clin d'oeil à Wayne Gretzky l'année d'avant... Les enfants sont si facilement achetable.

J'arrive à Saint-Marcel-de-Richelieu avec mon sourire, mon talents au ballon chasseur et ma super curiosité pour y découvrir les vertus de la solitude. Parce que les jeunes eux découvrent avec moi les joies du bullying. C'est seulement grâce au ballon chasseur que je pus me tailler une dose de respect. Une petite. Déjà à cet âge j'apprenais de mes erreurs.

Rendu au secondaire, je frappe le fond du baril. Mon beau-père me hait parce que je refuse littéralement de travaillé physiquement, d'être manuel, d'aimer les chars pis la bière pis toute pis toute comme lui. Les jeunes de ma classe ont un plaisir fou avec l'histoire du Bananaman ou de la laine d'acier que j'ai en guise de cheveux. D'ailleurs j'ai toujours aucune criss d'idée pourquoi mon meilleur ami de l'époque décida d'être un acteur important de cette campagne ainsi que d'où venait l'idée de Bananaman comme alter ego de ma propre personne.

Au moins, même à cette époque, il me restait un ami.

Caché dans cette bande-dessinée
Repousser aux frontières de la solitude
Ce jeune témoigne des difficultés
À s'exposer, s'adapter, se diversifier

Cloîtré dans un labyrinthe d'enfant
Dont la clé nous appairait à travers le temps
Une maturité qui nous secoue bien après coup
C'est le secret de notre amitié

Dix ans plus tard, nous pourrions nous rencontrer
Discuter de la vie, de l'univers et du reste
T'es un ami pour la vie et je te remercie
M'accepter c'est tout un défi

Je ne sais pas si c'était dans mes gènes ou l'exemple de mon beau-père. C'est aussi à cette époque que j'appris à mentir ainsi que de trouver des excuses pour arriver à mes fins. Tout le long du secondaire j'ai raté en moyenne une journée d'école sur six. Stupéfiant de voir que je n'aie pas fini décrocheur avec une moyenne pareil. Mais j'ai toujours aimé l'école, c'est les jugements des autres à mon endroit qui me repousse.


Arriver au cégep, je découvre que l'on peut choisir ses amis plus facilement que jamais mais que les vrais amis, vont le rester toute notre vie.

Merci Gabriel d'avoir été mon ami durant ces moments difficiles. Et merci à ta famille qui m'ont aussi accueilli comme de la famille à votre table. Je vous suis redevable.

Commentaires

  1. Wow... Merci Yann, ce que tu as écris me touche profondément... J'ai jamais vraiment compris en quoi ça allait mal chez vous, merci pour l'explication indirect :-) Par contre, je peux facilement expliquer comment tu n'as pas fini decrocheur, parce que Yann, tu es un homme brillant, et maintenant plus que jamais. Tu as su tailler ta place et c'est ce qui compte désormais. Ta personne n'est pas ce que tu as été mais ce que tu deviendras, de par tes choix, tes idéaux et tes actions. Je dois avouer que j'ai aucun souvenir du bananaman XD Depuis, je n'ai jamais arrêter d'être un acteur d'une quelconque importance pour quelqu'un; je préfère de loin participer au changement que le subir, et si je peux faire changer le monde, ou du moins, quelques uns de ces acteurs, je le ferai.

    Un de ces quatres, ça sera avec un immense plaisir que te revoir et partager ces souvenirs du jeunes temps.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La petite histoire des bobos contemporains

De quoi Cthulhu est-il la somme?

La tradition révolutionnaire et son trésor perdu