Accéder au contenu principal

Souvenirs d'enfance: 9 ans

J'ai neuf ans, ma mère et moi pensons que j'aime bien son conjoint et ils décident donc de déménager dans le fin fond du trou du cul du monde dans un petit village empli de péquenauds. C'est certains que je ne pouvais pas détester le dude en question après qu'il m'aie acheter un chandail de Patrick Roy et son fameux clin d'oeil à Wayne Gretzky l'année d'avant... Les enfants sont si facilement achetable.

J'arrive à Saint-Marcel-de-Richelieu avec mon sourire, mon talents au ballon chasseur et ma super curiosité pour y découvrir les vertus de la solitude. Parce que les jeunes eux découvrent avec moi les joies du bullying. C'est seulement grâce au ballon chasseur que je pus me tailler une dose de respect. Une petite. Déjà à cet âge j'apprenais de mes erreurs.

Rendu au secondaire, je frappe le fond du baril. Mon beau-père me hait parce que je refuse littéralement de travaillé physiquement, d'être manuel, d'aimer les chars pis la bière pis toute pis toute comme lui. Les jeunes de ma classe ont un plaisir fou avec l'histoire du Bananaman ou de la laine d'acier que j'ai en guise de cheveux. D'ailleurs j'ai toujours aucune criss d'idée pourquoi mon meilleur ami de l'époque décida d'être un acteur important de cette campagne ainsi que d'où venait l'idée de Bananaman comme alter ego de ma propre personne.

Au moins, même à cette époque, il me restait un ami.

Caché dans cette bande-dessinée
Repousser aux frontières de la solitude
Ce jeune témoigne des difficultés
À s'exposer, s'adapter, se diversifier

Cloîtré dans un labyrinthe d'enfant
Dont la clé nous appairait à travers le temps
Une maturité qui nous secoue bien après coup
C'est le secret de notre amitié

Dix ans plus tard, nous pourrions nous rencontrer
Discuter de la vie, de l'univers et du reste
T'es un ami pour la vie et je te remercie
M'accepter c'est tout un défi

Je ne sais pas si c'était dans mes gènes ou l'exemple de mon beau-père. C'est aussi à cette époque que j'appris à mentir ainsi que de trouver des excuses pour arriver à mes fins. Tout le long du secondaire j'ai raté en moyenne une journée d'école sur six. Stupéfiant de voir que je n'aie pas fini décrocheur avec une moyenne pareil. Mais j'ai toujours aimé l'école, c'est les jugements des autres à mon endroit qui me repousse.


Arriver au cégep, je découvre que l'on peut choisir ses amis plus facilement que jamais mais que les vrais amis, vont le rester toute notre vie.

Merci Gabriel d'avoir été mon ami durant ces moments difficiles. Et merci à ta famille qui m'ont aussi accueilli comme de la famille à votre table. Je vous suis redevable.

Commentaires

  1. Wow... Merci Yann, ce que tu as écris me touche profondément... J'ai jamais vraiment compris en quoi ça allait mal chez vous, merci pour l'explication indirect :-) Par contre, je peux facilement expliquer comment tu n'as pas fini decrocheur, parce que Yann, tu es un homme brillant, et maintenant plus que jamais. Tu as su tailler ta place et c'est ce qui compte désormais. Ta personne n'est pas ce que tu as été mais ce que tu deviendras, de par tes choix, tes idéaux et tes actions. Je dois avouer que j'ai aucun souvenir du bananaman XD Depuis, je n'ai jamais arrêter d'être un acteur d'une quelconque importance pour quelqu'un; je préfère de loin participer au changement que le subir, et si je peux faire changer le monde, ou du moins, quelques uns de ces acteurs, je le ferai.

    Un de ces quatres, ça sera avec un immense plaisir que te revoir et partager ces souvenirs du jeunes temps.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Mépris de classe; le sentiment de la distance

« Ce sont plutôt les « bons » eux-mêmes, c'est-à-dire les nobles, les puissants, les supérieurs en position et en pensée qui ont éprouvé et posé leur façon de faire en eux-mêmes comme bons, c'est-à-dire excellents, par contraste avec tout ce qui est bas, bas d'esprit, vulgaire et populacier. » - Nietzsche, généalogie de la morale
Au menu médiatique, chaos à l'intermarché durant une promotion de 70% pour le nutella, commentaires de mononcles aux tribunes de radio x, rire gras en face du grugeage de piscine à la résidence des jeannettes, mais surtout, le diagnostic de l'homme blanc hétéro-cissexiste-privilégié; un mépris de classe nouveau genre fait une percée marquée depuis l'apparition des médias sociaux. La mondialisation à fait ses vainqueurs et défaits ses vaincus. Plus rien ne va dans les communs, les grands récits sont morts en même temps que Dieu et l'Homme, la crise de la culture endémique poursuit son travail de démolition consumériste, le marché bou…

De quoi Cthulhu est-il la somme?

De quoi Cthulhu est-il la somme?
Alain Deneault et la mégacorporation Total au centre de la place publique
Dans son dernier livre, "De quoi Total est-elle la somme?", Alain Deneault s'est mis en tête d'écarteler la corporation Total à travers son histoire nébuleuse; de soulever le voile opaque de ses pratiques; de rendre visible ce qui a été trop longtemps ignoré et oublié. Grâce à un travail titanesque, Deneault et ses aides nous rapportent un portrait de la bête Total qui est prêt à faire vibrer d'horreur n'importe quel individu sain d'esprit. 
"De ces fantastiques entités et puissances, quelque chose a pu survivre... une puissance d'une époque infiniment lointaine où... la conscience se manifestait, peut-être, sous des formes qui se sont depuis longtemps retirées devant le flot de la marée humaine... des formes dont seules la poésie et les légendes ont capturé un souvenir fugace et les ont appelés dieux, monstres, êtres mythiques de toutes so…

La tradition révolutionnaire et son trésor perdu

La tradition révolutionnaire et son trésor perdu Lettre aux souverainistes québécois et aux électeurs anti-libéraux qui souhaiteraient bien du changement
« ce qui permet à l'homme ordinaire, jeune ou vieux, de supporter le poids de la vie : c'est la polis,l'espace des exploits libres de l'homme et de ses paroles vivantes qui donne sa splendeur à la vie... » - Hannah Arendt, Sur la révolution
Pour Hannah Arendt, le trésor perdu de la révolution est celui de l'esprit révolutionnaire des Pères fondateurs américains. Cet esprit révolutionnaire permit, par sa vigueur et son érudition, de créer un système de conseils indépendants, apolitiques, fondés sur la liberté d'association entre individus qui, au final, mena les Pères fondateursà la conclusion logique de, tout d'abord,fonder un corps politique nouveau pour répondre aux questions de politique (l'action), ensuite,de fonder la division des pouvoirs politiques pour tenter d'éviter de sombrer dans le despo…