Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du 2018

Une contre-allée philosophique

Une contre-allée philosophique
« La pensée magique travaille l'historiographie classique de la philosophie. Étrangement, les apôtres de la raison pure et de la déduction transcendantale communient dans la mythologie qu'ils créent, puis reproduisent à tour de bras en enseignant, rédigeant des articles, professant, écrivant, publiant les fables qui, à force de répétitions, deviennent vérités et paroles d'évangile. Le pillage, la citation masquée, la régurgitation conceptuelle du brouet d'autrui et autres joyeusetés de la corporation mènent le monde des rédacteurs d'encyclopédie, des concepteurs de vocabulaire et autres auteurs d'histoire de la philosophie et de manuels à l'usage des classes terminales. » (Michel Onfray, La puissance d'exister)
Comme Michel Onfray, je suis mort jeune. Il fût placé en orphelinat à l'âge de sept ans, tandis que mon père m'abandonna à l'âge de quatre ans. Ces traumatismes restent présents durant toute la vie mais ne…

Clair-obscur de l'épochè; comment vivre à l'ère du numérique et des dogmatismes

Clair-obscur de l'épochè; comment vivre à l'ère du numérique et des dogmatismes
L'année 2018 se termine comme elle a commencée et chacun parle de « crises » à sa manière. On s'imagine des formes monstrueuses qui pressent les individus dans tous les sens, qui les isolent et les dégradent lentement. Un attrait pour la dystopie et la figure des héros mythiques dans l'art et la politique nous amène tout naturellement à faire le lien entre les discours de fin du monde et le surgissement d'un homme fort pour détruire la menace sous toutes ses formes. C'est la seule possibilité et c'est pourquoi les discours polarisants sur les « bons » et les « méchants » sont très prisés. Ils offrent la possibilité d'une fin à la menace; la possibilité d'enfin dire « Mission accomplished » en saluant la foule qui pleure et jubile tout à la fois, une main sur le coeur et l'autre dans l'onanisme.
Les moments de panique morale ont comme effets de polariser les enj…

Une éthique de l'amitié

Une éthique de l'amitié
« La persuasion commune du vulgaire semble être différente. La plupart en effet semblent croire qu'ils sont libre dans la mesure où il leur est permis d'obéir à l'appétit sensuel et qu'ils renoncent à leurs droits dans la mesure où ils sont astreints à vivre suivant les prescriptions de la loi divine. La Moralité donc la Religion, et absolument parlant tout ce qui se rapporte à la Force d'Âme, ils croient que ce sont des fardeaux dont ils espèrent être déchargés après la mort pour recevoir le prix de la servitude, (...) et ce n'est pas seulement cet Espoir, c'est aussi et principalement la Crainte d'être punis d'affreux supplices après la mort qui les induit à vivre suivant les prescriptions de la loi divine autant que leur petitesse et leur impuissance intérieure le permettent. Et, si les hommes n'avaient pas cet Espoir et cette Crainte, s'ils croyaient au contraire que les Âmes périssent avec le Corps et que le…

Du souci de soi au signalement des vertus systémiques

Du souci de soi au signalement des vertus systémiques
Pour les esprits curieux qui ont parcouru les fleuves de l'histoire occidentale, il est coutume d'assumer que la philosophie ne se résume pas qu'à la seule définition du « beau », du « juste » et du « bon » platonisé. Cette définition est par contre centrale aux systèmes des commentateurs, des écoliers et des idéologues qui se construisent dans les salles de classes des institutions sclérosées. À l'université, les générations d'étudiants sont avides de dévorer leurs sessions afin de mener à terme leur supposée gestation d'un diplôme mérité, et elles se succèdent ainsi les unes après les autres suivant la doctrine des époques. Dans les sciences humaines et même dans les manuels d'enseignement des plus jeunes du primaire et du secondaire, la nouvelle doctrine à la mode est celle de la « construction sociale intersectionnelle » comme transsubstantiation du corps d'un Individu vers son Identité réifiée …

Le mythe globaliste

Le mythe globaliste
Ceux qui en parlent sont taxés de toutes les phobies et de tous les complots. On les met sur des listes. « Des individus problématiques » qu'on ajoute à leur fiche signal-éthique. Faut pas parler de « vous savez quoi » parce que ça fait le lit des « extrêmes ». Ceux qui en parlent doivent jongler avec la réalité. Comment parler de ce qu'il faut parler et qui ne peut être dit sans froisser les identités? Faut-il faire de l'humour? Bien sûr que non! Les hystériques ne rient jamais. Cette science thérapeutique demande de la confiance et nous n'en avons plus à vendre. Alors sera-ce le son de la douce ironie qui me servira d'instrument? Ce mépris articulé ne peut que frapper droit au coeur de l'ego de ces sirs, au point de les disconvenir. Eh bien alors, misons sur la raison! Mais laquelle? Nous sommes en crise de valeurs et tout le monde la requiert, la prie ou se l'approprie telle une prophétie. Que faire en temps de crise, que faire pour …

L'enfermement d'une génération

Le grand enfermement d'une génération ou « The Coddling of the American Mind »
C'est la fin de l'été 2015 et une parution dans le magazine « The Atlantic » fait pas mal jaser dans les corridors. La plupart des gens du milieu le savaient, mais ils avaient peur d'en parler pour éviter les soupçons. Les murs ont des oreilles, surtout ceux des réseaux a-sociaux. L'article en question : « The Coddling of the American Mind », est signé par deux Américains, Greg Lukianoff, un avocat défenseur des droits civiques, et Jonathan Haidt, un psychologue sociale et professeur d'éthique à l'université. Le sujet? Un phénomène mystérieux sur les campus américains : des pratiques sociales et éducatives qui sont sensées aider les étudiants et qui ont l'effet inverse. L'enfer est toujours pavé de bonnes intentions.
Suite à la parution de l'article, une prises de conscience collective a lieu partout en Occident. Une série d'événements troublants sont rapportés…

Qu'est-ce que la satire? Un plaidoyer de culpabilité

Qu'est-ce que la satire? Un plaidoyer de culpabilité
Il semblerait qu'un bruit court, tout autour de nous. Une rumeur qui nous guette à tout moment, prête à nous saisir d'un bond, nous emportant avec elle en dehors de la réalité. « Fake news! » , « Fake news! », répètent les haut-parleurs de la comédie publique. Quand c'est pas moi c'est l'autre et quand c'est pas l'autre c'est Dieu, le Concept, l'Idée pure et sa belle-soeur l'Arrière-monde. L'Histoire est ré-écrite, et la rumeur veut, que cette version-ci, choisie par les nouveaux-vieux, soit la preuve immaculée du péché originel; le péché de l'Homme-blanc-cis, patriarche de toutes les tragédies et premier moteur immobile de toutes les cruautés. Emprisonné a perpétuité, l'Homme-blanc-cis est condamné. Sa Raison est déraisonnable, du fait même de sa supériorité. Il ne peut comprendre parce qu'il n'a pas vécu et il ne peut pas avoir vécu en étant privilégié; telle est la …

Psychohistoire du petit Québec dans le Canada

Psychohistoire du petit Québec dans le Canada
Au début du mois de novembre, Emmanuel Todd fait une conférence sur le destin de l'Europe après la vague populiste qui l'a secoué. Il était invité en tant qu'anthropologue et démographe en premier lieu, mais surtout pour son talent de prospective géopolitique avant-gardiste. Il aura, dans sa « carrière » de prospectiviste, prédit l'effondrement de l'Union Soviétique en analysant le taux de mortalité infantile du régime totalitaire, prédit le printemps arabe grâce aux indicateurs de fertilité des régimes de la région, vu d'avance la perte d'influence de l'Empire américain sur le reste de la planète et aperçu avant tout le monde le sujet de la conférence (la vague populiste en Occident). Ses travaux sont suivis par la plupart des dirigeants sur la planète et il avoue entretenir en tant qu'individu des liens d'amitié avec des politiciens et diplomates étrangers sur plusieurs continents.
Suite à l'…

Éloge de la bienveillance

Éloge de la bienveillance
« ...on a raison de se louer soi-même quand on ne trouve personne pour le faire. » - (Érasme, Éloge de la folie)
C'est la bienveillance qui parle
Les gens de ce monde tiennent sur moi bien des propos, et je sais tout le bien qu'on entend dire de la Bienveillance, même chez les bienveillants. C'est pourtant moi, et moi seul, qui émeut les Dieux et les hommes. Aujourd'hui même, la preuve en est faite largement, puisqu'il m'a suffi de paraître devant ce nombreux auditoire pour mettre dans tous les yeux la plus fière larme. Tout de suite, votre visage s'est tendu vers moi et votre sourire tiré m'a applaudie d'un doux malaise. Tous, tant que vous êtes, je vous vois, ivres du sang du fils de Dieu, mêlé toutefois d'un peu de champignons magiques, alors qu'il y a un instant vous étiez assis, décidés et rigoureux, comme des échappés du piège de l'araignée sur la croix. Quand le beau soleil se dérobe à la terre, ou quan…