Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du 2018

« Real power is fear »

« Real power is fear » Essai sur la présidence de Donald Trump
Dès le 9 novembre 2016, au lendemain de l'élection de Donald Trump, je voyais en celui-ci la figure probable d'un leader de masse rappelant les descriptions d'Hannah Arendt à l'intérieur de son célèbre ouvrage « Les origines du totalitarisme ». Pourtant, ses frasques médiatiques rappelait plutôt Charlie Chaplin dans « The Dictator », que les portraits de Staline, Lénine et Hitler... Il m'était impossible de nommer la bête médiatique avant mieux la connaître; avant de juger, voir de l'intérieur et dans la durée les manifestations d'usage du pouvoir de cette figure que beaucoup décrivent comme étant indescriptible dans son essence.
C'est la semaine dernière que mon souhait s'est exaucé; l'ouvrage de Bob Woodward, « Fear », sort sur les tablettes. Le livre rend compte de la première année de mandat de Donald Trump et fournit ainsi la matière première nécessaire à l'étude de ce pe…

De l'expérience clinique et des processus statistiques

De l'expérience clinique et des processus statistiques
Chaque semaine je suis accablé de devoir analyser et dialectiser des processus bureaucratiques liés aux dysfonctionnements du ministère de la santé et des services sociaux du Québec. Je le fais parce que mes connaissances spécifiques dans le domaine de la santé et dans le domaine des sciences pures m'offrent une perspective rarement appréciée dans une critique des modèles de gestion du ministère, utilisés depuis le virage ambulatoire et l'apparition des premières grandes coupures budgétaires du temps de Lucien Bouchard. Cette perspective m'a fait reconnaître deux grands courants professionnels dans la gestion de la santé et des services sociaux: la vision humaniste de l'expérience clinique et l'approche probante par les processus statistiques. Ces deux visions se chevauchent et sont inter-reliées de diverses manières, créant des frictions historiques entre les deux modèles, de la même manière que l'a r…

Carnets de campagne: ne parlons surtout pas de centralisation

Carnets de campagne: ne parlons surtout pas de centralisation
Parmi les grands sujets oubliés du premier tiers de campagne; pendant qu'on se concentre sur les pseudo-scandales partisans de tel et tel autre candidats, des scandales impliquant non pas des idées et des projets politiques mais des procès de personnalités publiques mises en face de leurs petites phrases et déclarations stupides ne répondant pas aux divers filtres du politiquement correct, se trouve encore une fois étouffée la remise en question et la critique des réformes politiques de centralisation mises de l'avant depuis plus de vingt par divers gouvernements successifs.

Cet oubli s'explique par le monopole de la pensée jacobine dans toutes les questions de « gouvernance » partisane et dans la perspective partagée de l'articulation des pouvoirs politique et des leviers institutionnels par les soi-disant représentants du corps électoral. Ce monopole de la pensée s'inscrit dans une histoire qui remont…

La mondialisation et ses effets : la branche québécoise dans l'arbre canadien

La mondialisation et ses effets : la branche québécoise dans l'arbre canadien
À peine une semaine dans la campagne électorale et entre, par la porte d'en arrière, une double crise constitutionnelle au sein de la confédération canadienne. Cette crise à pour enjeu les dernières modalités d'entrée du Canada et du Québec dans la réalité de l'ère de la mondialisation libérale totale; l'abaissement des dernière barrières tarifaires, nécessaires à la protection des industries nationales, en face de la société de marché mondiale et de ses prédateurs de la finance privés ou étatiques. C'est le Québec qui entre dans un monde économique multipolaire, qui découvre qu'il est un poids plume en face des grands joueurs, qui redécouvrira peut-être la notion de souveraineté nationale et qui devra ultimement trouver une voie et une voix vers le rassemblement nécessaire à la protection de son territoire, de sa culture, de sa langue et de la nation québécoise. À défaut de rede…

L'écologie, réactionnaire en face de la mondialisation

Je regarde Nicolas Domenach, libéral, progressiste et mondialiste, et Éric Zemmour, conservateur, souverainiste et républicain, s'entretenir et débattre dans leur chronique « On n'est pas forcément d'accord » sur la radio RTL en France. J'ose faire ça en tant qu'individu qui se considère de la grande grande tradition socialiste libertaire et démocrate parce que je considère qu'il est impensable de ne pas connaître tous les arguments des camps idéologiques adverses dans leur forme la plus puissante et nuancée possible. Plutôt que de concentrer mon attention et mon analyse sur des sujets mineurs, des individus sans envergures, des médiocres et des écoliers, je vais à fond dans la problématique pour être capable de saisir le plus de perspectives différentes et éviter les angles morts de la pensée idéologique.
Cette semaine, le duo revient après les vacances. Zemmour est très bronzé et Domenach débute tout de go au sujet de la « surprenante » démission de Nicolas …

Crimes passionnels et tueries de masse

Crimes passionnels et tueries de masse
« L'animalité a échappé à la domestication par les valeurs et les symboles humains; et si c'est elle maintenant qui fascine l'homme par son désordre, sa fureur, sa richesse de monstrueuses impossibilités, c'est elle qui dévoile la sombre rage, la folie infertile qui est au coeur des hommes. » - Histoire de la folie à l'âge classique, Michel Foucault
Un individu avec un historique psychiatrique pète les plombs, prend un fusil ou un camion et décide de partir à la chasse aux humains. L'histoire se répète chaque semaine sur la planète. On n'y échappe pas et les médias ne cessent de nous le rappeler. Les mouvances politiques aussi utilisent ces faits divers pour mousser leurs campagnes de financement. L'ère du temps nous porte à faire de tels atrocités des spectacles qui seront marchandisés jusqu'à l'épuisement de l'affect du public - l'épuisement des ventes, des clicks et du buzz.
Il serait avant tout…

Du marketing politique et des élections québécoises

Du marketing politique et des élections québécoises
Les premiers sondages sortent et les mordus de la politiques s'y abandonnent en suivant les rituels médiatiques qui les portent à l'avant-plan à la manière d'un télé-roman spectacle. Chacun y va de ses prédictions métaphysiques; de ses analyses de courants, de marées et de vagues portées par l'électorat volatile d'une société des masses où les individus sont atomisés à leurs plus simples dénominateurs : une identité chiffrée assignée par les « big data » mondialisées. À mon tour donc de m'y soumettre, mais selon mes propres termes : un sondage téléphonique de la firme Ipsos du 20 août 2018. Un sondage avec une marge d'erreur, parce que les sondages internet c'est comme penser qu'un Big Mac c'est de la nourriture.
« Contrary to popular belief, the past was not more eventful than the present. If it seems so it is because when you look backward things that happened years apart are telescoped toge…