Accéder au contenu principal

L'image d'une société parfaite

L'image d'une société parfaite

Le prisme de la civilité nous enjoint à regarder, à travers nos bons médias, l'allure fière de notre peuple mondialisé; libéralisé; standardisé. Ce peuple en jachère est transformé en marionnettes par et pour les publicistes de la consommation, au rythme des saisons, en attendant le prochain cycle des aversions.

Pour faire valoir l'importance du changement, le retard face à l'histoire; ou serait-ce l'idole de cette croissance infinie? c'est via l'expert technique qu'on nous abreuve des inepties de la logique prête à nous convertir à cette religion de l'économisme politique. À défaut de quoi, on se rabat sur les compétences en gestion de crises de nos écoliers de la gouvernance homogénéisée par nos universités de la médiocrité démocratisé.

Une fois par année, c'est le temps des oripeaux; nos bons chefs sortent de leur tanière afin d'éblouirent les communs de leur auguste bonté charitaire dans un spectacle festif et médiatisé. On les voit armé d'un sceau d'eau glacé ou d'une tuque de lutin rapaillé tentant de nous faire croire qu'ils sont comme nous; à genou, devant la réalité aseptisée de toute cette pauvreté généralisée.

Ce culte d'une époque vaine nous cache la laideur environnante car elle est culpabilisante pour nos élites transcendantes préférant rester aveugle face à enfer de Dante.

La paupérisation constante de la caste des proscrits de la cité
La victimisation idéalisée afin d'assumer la hauteur morale privilégiée
La radicalisation politique et religieuse des fanatiques de l'autorité
Le séisme politique du populisme rejetant cet establishment réfugié
La santé mentale d'une plèbe aliénée par un rythme de vie de captivité
Générant la maladie du stress chronique; ce cancer de la société

Le nihilisme de l'homme unidimensionnel est une malbouffe de l'esprit
Provoquant la disparition de l'authenticité et de l'individualité; ces ennuis
Ce climat délabré devient irrespirable pour l'humain rejetant le profit
Des idéologies idéalistes et intellectualisées par les experts du bruit
Chiant sans cesse ces lieux communs qu'ils auront appris par dépit
Cherchant le temps perdu par les achats ou l'altérité des plaisirs abrutis

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Mépris de classe; le sentiment de la distance

« Ce sont plutôt les « bons » eux-mêmes, c'est-à-dire les nobles, les puissants, les supérieurs en position et en pensée qui ont éprouvé et posé leur façon de faire en eux-mêmes comme bons, c'est-à-dire excellents, par contraste avec tout ce qui est bas, bas d'esprit, vulgaire et populacier. » - Nietzsche, généalogie de la morale
Au menu médiatique, chaos à l'intermarché durant une promotion de 70% pour le nutella, commentaires de mononcles aux tribunes de radio x, rire gras en face du grugeage de piscine à la résidence des jeannettes, mais surtout, le diagnostic de l'homme blanc hétéro-cissexiste-privilégié; un mépris de classe nouveau genre fait une percée marquée depuis l'apparition des médias sociaux. La mondialisation à fait ses vainqueurs et défaits ses vaincus. Plus rien ne va dans les communs, les grands récits sont morts en même temps que Dieu et l'Homme, la crise de la culture endémique poursuit son travail de démolition consumériste, le marché bou…

De la sexualité à la vérité

De la sexualité à la vérité
Plus de trente ans après la mort de Michel Foucault et la parution des deux précédents tomes de « L'histoire de la sexualité », paraît le quatrième de la série : « Les aveux de la chair ». Cet événement littéraire nous pousse à revoir cette archéologie inachevée. L'expérience est payante pour le lecteur qui se prête à l'exercice, car dans ce dernier opus Foucault y va d'un tour de force. À travers une analyse titanesque des archives et textes des Pères de l'Église, il poursuit son analyse des « points de passage des relations de pouvoir » (La volonté de savoir, tome I) antérieurs à, et en partie constitutifs de la science de la sexualité occidentale telle qu'elle a été formée aux 18e et 19e siècles. « Science », prise non pas sous l'angle de l'économie des actes sexuels ou de la libido, mais plutôt comme une « méthode de gestion de la vie » propre à notre civilisation; le « pouvoir », étudié non pas dans sa forme « juridico-di…

Le trésor révolutionnaire d'Hannah Arendt

« Plus on l'écoutait, plus on se rendait à l'évidence que son incapacité à parler était étroitement liée à son incapacité à penser – à penser notamment du point de vue de quelqu'un d'autre. Il était impossible de communiquer avec lui, non parce qu'il mentait, mais parce qu'il s'entourait du plus efficace des mécanismes de défense contre les mots et la présence des autres et, partant, contre la réalité en tant que telle. » - Eichmann à Jérusalem, Hannah Arendt
C'est dans ces termes qu'Hannah Arendt entreprend de décrire un nouveau type de mal dans l'expérience de l'histoire humaine. Car c'est aux croisements du déclin de l'état-Nation et des droits de l'homme d'une part, de la crise de représentation politique et de l'émergence des leaders de masse d'autre part, que la banalité du mal émergea comme phénomène social radical.Un phénomènequi aura sévit dans toutes les couches de la société, nous ébranlant, à travers l'…