Accéder au contenu principal

Pour la liberté d'imprimer sans autorisation ni censure

"Car la liberté que nous pouvons espérer, ce n'est pas qu'aucun grief jamais ne s'exprime dans la République - que personne n'y compte en ce monde; mais c'est quand on écoute volontiers les plaintes, qu'on les considère au fond, qu'on y remédie rapidement, c'est alors qu'on atteint le comble de la liberté civile que recherchent les sages."

C'est sur ces mots; sagesse et tolérance, que se base l'idéologie libérale. C'est aussi dans un contexte de guerre civile et de conflits religieux qu'est issue ce renouveau idéologique du libéralisme. Dans "Pour la liberté d'imprimer sans autorisation ni censure", John Milton y va d'un plaidoyer pour la liberté de conscience et la liberté d'expression qui révolutionna l'Angleterre victorienne pour y insuffler un vent de démocratie - quoi qu'imparfaite diront certains - et la placer au sommet d'un monde en soif de liberté.

Cet épanouissement politique s'est bâti sur un édifice religieux qui remonte jusqu'à l'Antiquité. En effet, même chez les contemporains de Platon, la censure était un thème très discuté mais qui était réservé aux injurieux et aux athées. C'est l'Église catholique qui l'uilisa à son plein potentiel afin d'asseoir sa tyrannie du Livre partout où le Pape régnait et afin de faire taire toute idée perçue comme licencieuse.

Dans son pamphlet, Milton y va d'une démonstration jouxtant le fait qu'aucune censure n'est applicable, que la censure enferme les idées nouvelles dans la morosité du conformisme, qu'elle infériorise le peuple qui en est victime et qu'elle n'est qu'une manière, pour une élite, de monopoliser l'espace public tout ayant l'effet inverse au niveau de l'action souhaitée par ses champions.

Bien sûr, dans une époque où le politique et le religieux marchent main dans la main, ce pamphlet argue en visitant les lieux communs des débats théologiques, mais force est de constater qu'aujourd'hui encore, le débat sur la censure - et ses censeurs - est toujours d'actualité.

La laïcisation aura mis au cachot la religion mais l'essence auquel carbure les censeurs demeure: c'est cette "moraline", ce débat morale opposant la notion de bien et de mal qui perdure dans les mœurs de la société. Pour la forme, les censeurs se drapent désormais des idéologies réactionnaires ou progressistes. On le voit avec les débats houleux sur une blague mêlant un Éthiopien, un cornet de crème glacée et une fille dévêtue dans un bar, tout autant qu'un commentaire polémique et féministe sur la mort d'un ancien premier ministre. Dès lors qu'on empêche un professeur d'Université de faire classe sans surveiller les mots qu'il choisit afin d'éviter les micro-agressions ou qu'on sanctionne un humoriste pour exprimer des idées contraires à "la République", nous sommes en droit de se poser la question: jusqu'où irons-nous afin de policer les comportements de nos prochains? Et quels effets sur les comportements ont ces projets de censure?

" L'Écriture compare la vérité à une fontaine jaillissante; si ses eaux ne s'épanchent pas en une perpétuelle progression, elles stagnent dans une mare boueuse de conformisme et de tradition. (...)
Là où existe un grand désir d'apprendre, il faut qu'abondent la dispute, l'écriture, les opinions; l'opinion chez l'homme de bien n'est pas autre chose que savoir en devenir."

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Mépris de classe; le sentiment de la distance

« Ce sont plutôt les « bons » eux-mêmes, c'est-à-dire les nobles, les puissants, les supérieurs en position et en pensée qui ont éprouvé et posé leur façon de faire en eux-mêmes comme bons, c'est-à-dire excellents, par contraste avec tout ce qui est bas, bas d'esprit, vulgaire et populacier. » - Nietzsche, généalogie de la morale
Au menu médiatique, chaos à l'intermarché durant une promotion de 70% pour le nutella, commentaires de mononcles aux tribunes de radio x, rire gras en face du grugeage de piscine à la résidence des jeannettes, mais surtout, le diagnostic de l'homme blanc hétéro-cissexiste-privilégié; un mépris de classe nouveau genre fait une percée marquée depuis l'apparition des médias sociaux. La mondialisation à fait ses vainqueurs et défaits ses vaincus. Plus rien ne va dans les communs, les grands récits sont morts en même temps que Dieu et l'Homme, la crise de la culture endémique poursuit son travail de démolition consumériste, le marché bou…

De la sexualité à la vérité

De la sexualité à la vérité
Plus de trente ans après la mort de Michel Foucault et la parution des deux précédents tomes de « L'histoire de la sexualité », paraît le quatrième de la série : « Les aveux de la chair ». Cet événement littéraire nous pousse à revoir cette archéologie inachevée. L'expérience est payante pour le lecteur qui se prête à l'exercice, car dans ce dernier opus Foucault y va d'un tour de force. À travers une analyse titanesque des archives et textes des Pères de l'Église, il poursuit son analyse des « points de passage des relations de pouvoir » (La volonté de savoir, tome I) antérieurs à, et en partie constitutifs de la science de la sexualité occidentale telle qu'elle a été formée aux 18e et 19e siècles. « Science », prise non pas sous l'angle de l'économie des actes sexuels ou de la libido, mais plutôt comme une « méthode de gestion de la vie » propre à notre civilisation; le « pouvoir », étudié non pas dans sa forme « juridico-di…

Le trésor révolutionnaire d'Hannah Arendt

« Plus on l'écoutait, plus on se rendait à l'évidence que son incapacité à parler était étroitement liée à son incapacité à penser – à penser notamment du point de vue de quelqu'un d'autre. Il était impossible de communiquer avec lui, non parce qu'il mentait, mais parce qu'il s'entourait du plus efficace des mécanismes de défense contre les mots et la présence des autres et, partant, contre la réalité en tant que telle. » - Eichmann à Jérusalem, Hannah Arendt
C'est dans ces termes qu'Hannah Arendt entreprend de décrire un nouveau type de mal dans l'expérience de l'histoire humaine. Car c'est aux croisements du déclin de l'état-Nation et des droits de l'homme d'une part, de la crise de représentation politique et de l'émergence des leaders de masse d'autre part, que la banalité du mal émergea comme phénomène social radical.Un phénomènequi aura sévit dans toutes les couches de la société, nous ébranlant, à travers l'…