Les larmes

Les larmes

Les larmes de mon coeur de pierre
Transpirent sur les pages de cet hiver austère
Elles brillent d'un éclat maudit
Avant de geler sur mon doux visage meurtri

Les larmes de toutes mes prières
Bruinent sur l'asphalte brûlante de ces routes amers
Elles noircissent l'image d'une beauté sans vie
Avant de disparaître, aux mains du soleil de ce vendredi

Les larmes dans mon corps d'hier
Coulent lentement sur les revers ahuris de tous ces vers
Elles mûrissent l'idée d'autant d'envie
Avant d'être détruites par les dégâts de toute une vie

Les larmes enfermés dans mes yeux clairs
S'accumulent dans l'horizon de mon univers, sans toucher terre
Elles vieillissent dans la prison de mon ennui
Avant de pouvoir s'enfuir, le jour où viendra l'éternelle pluie

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La société de masse

La petite histoire des bobos contemporains

De quoi Cthulhu est-il la somme?