La raison se meurt

La raison se meurt

Dieu est mort le jour où l'homme mît fin à la prétention du droit divin
De sa carcasse s'est extirpée la raison et de sa foi est née la culture
Leur enfant, la prétention, grandie, au sein de ce couple, jusqu'au jour
Où l'individualisme fou l'envahit et le fît détruire un à un, ses parents

Le consumérisme expiatoire remplaça le vide de nos valeurs
La théorie du genre combla un vide de structure et de nos modèles
La laïcité fût travestie pour pourvoir à un vide de notre spiritualité
La science fût dénaturée par notre refus de connaître notre histoire
Le néolibéralisme nous submergea par l'absence de notre morale

Et le Débat marche ainsi fièrement vers le gouffre de la pensée rationnelle

Ce glissement se répercute dans toutes les sphères de la société
Du sommet de l'atmosphère jusque dans les profondeurs de la terre
De notre égoïsme hédoniste jusqu'à ce nihilisme pessimiste
De la médication de notre cerveau jusqu'à la géoingénierie du climat
La technologie nous donne l'illusion d'un contrôle de notre habitat
Et ses pilules nous permet de bander afin de bien vivre notre célibat
Le sexe tragique de toute notre vie de subordonné nous fait envier
L'image que nous avons de notre voisin parfait, capable de contrôler

Le vide de notre coeur fragile nous pousse à s'éloigner
Peu à peu de notre culture, de notre science de l'amour
Et de notre fragilité

Le tout afin d'assouvir les pulsions de notre émotivité
Et de s'oublier à travers la déchéance de notre civilité
C'est la guerre des poètes en quête d'identité

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La petite histoire des bobos contemporains

De quoi Cthulhu est-il la somme?

La tradition révolutionnaire et son trésor perdu