Accéder au contenu principal

La raison se meurt

La raison se meurt

Dieu est mort le jour où l'homme mît fin à la prétention du droit divin
De sa carcasse s'est extirpée la raison et de sa foi est née la culture
Leur enfant, la prétention, grandie, au sein de ce couple, jusqu'au jour
Où l'individualisme fou l'envahit et le fît détruire un à un, ses parents

Le consumérisme expiatoire remplaça le vide de nos valeurs
La théorie du genre combla un vide de structure et de nos modèles
La laïcité fût travestie pour pourvoir à un vide de notre spiritualité
La science fût dénaturée par notre refus de connaître notre histoire
Le néolibéralisme nous submergea par l'absence de notre morale

Et le Débat marche ainsi fièrement vers le gouffre de la pensée rationnelle

Ce glissement se répercute dans toutes les sphères de la société
Du sommet de l'atmosphère jusque dans les profondeurs de la terre
De notre égoïsme hédoniste jusqu'à ce nihilisme pessimiste
De la médication de notre cerveau jusqu'à la géoingénierie du climat
La technologie nous donne l'illusion d'un contrôle de notre habitat
Et ses pilules nous permet de bander afin de bien vivre notre célibat
Le sexe tragique de toute notre vie de subordonné nous fait envier
L'image que nous avons de notre voisin parfait, capable de contrôler

Le vide de notre coeur fragile nous pousse à s'éloigner
Peu à peu de notre culture, de notre science de l'amour
Et de notre fragilité

Le tout afin d'assouvir les pulsions de notre émotivité
Et de s'oublier à travers la déchéance de notre civilité
C'est la guerre des poètes en quête d'identité

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Mépris de classe; le sentiment de la distance

« Ce sont plutôt les « bons » eux-mêmes, c'est-à-dire les nobles, les puissants, les supérieurs en position et en pensée qui ont éprouvé et posé leur façon de faire en eux-mêmes comme bons, c'est-à-dire excellents, par contraste avec tout ce qui est bas, bas d'esprit, vulgaire et populacier. » - Nietzsche, généalogie de la morale
Au menu médiatique, chaos à l'intermarché durant une promotion de 70% pour le nutella, commentaires de mononcles aux tribunes de radio x, rire gras en face du grugeage de piscine à la résidence des jeannettes, mais surtout, le diagnostic de l'homme blanc hétéro-cissexiste-privilégié; un mépris de classe nouveau genre fait une percée marquée depuis l'apparition des médias sociaux. La mondialisation à fait ses vainqueurs et défaits ses vaincus. Plus rien ne va dans les communs, les grands récits sont morts en même temps que Dieu et l'Homme, la crise de la culture endémique poursuit son travail de démolition consumériste, le marché bou…

De la sexualité à la vérité

De la sexualité à la vérité
Plus de trente ans après la mort de Michel Foucault et la parution des deux précédents tomes de « L'histoire de la sexualité », paraît le quatrième de la série : « Les aveux de la chair ». Cet événement littéraire nous pousse à revoir cette archéologie inachevée. L'expérience est payante pour le lecteur qui se prête à l'exercice, car dans ce dernier opus Foucault y va d'un tour de force. À travers une analyse titanesque des archives et textes des Pères de l'Église, il poursuit son analyse des « points de passage des relations de pouvoir » (La volonté de savoir, tome I) antérieurs à, et en partie constitutifs de la science de la sexualité occidentale telle qu'elle a été formée aux 18e et 19e siècles. « Science », prise non pas sous l'angle de l'économie des actes sexuels ou de la libido, mais plutôt comme une « méthode de gestion de la vie » propre à notre civilisation; le « pouvoir », étudié non pas dans sa forme « juridico-di…

Le trésor révolutionnaire d'Hannah Arendt

« Plus on l'écoutait, plus on se rendait à l'évidence que son incapacité à parler était étroitement liée à son incapacité à penser – à penser notamment du point de vue de quelqu'un d'autre. Il était impossible de communiquer avec lui, non parce qu'il mentait, mais parce qu'il s'entourait du plus efficace des mécanismes de défense contre les mots et la présence des autres et, partant, contre la réalité en tant que telle. » - Eichmann à Jérusalem, Hannah Arendt
C'est dans ces termes qu'Hannah Arendt entreprend de décrire un nouveau type de mal dans l'expérience de l'histoire humaine. Car c'est aux croisements du déclin de l'état-Nation et des droits de l'homme d'une part, de la crise de représentation politique et de l'émergence des leaders de masse d'autre part, que la banalité du mal émergea comme phénomène social radical.Un phénomènequi aura sévit dans toutes les couches de la société, nous ébranlant, à travers l'…