Accéder au contenu principal

La perversion de la société des loisirs



À travers nos interactions sociales et les politiques économiques imposées, l'espace publique s'est peu à peu métamorphosée en un spectacle abrutissant. Nous sommes les acteurs d'une société des loisirs où certains ont toutes les cartes et la majorité silencieuse reste assise, un verre de bière à la main, obnubilée par ces images fantasques de la réussite sociale.

Les élections seraient le moment opportun afin de discuter, en profondeur, des enjeux de notre société. C'est un exercice qui convierait toutes les strates de notre communauté à choisir les acteurs de cette comédie burlesque qui nous susurreront les paroles creuses qui seront à même de nous émouvoir intellectuellement.

Bien sûr, le cynisme ambiant n'est qu'une question de point de vue, car il est bien connu, qu'armé de notre volonté et qu'importe de quel milieu nous venons, il est possible de s'extirper de notre réalité morose. Malgré tout, les générations se suivent et les dialogues de sourds perdurent. Les règles du jeu sont malléables, selon l'intégrité et le statut des joueurs y participant, dans cette recherche du berger qui saura gouverner notre Démocratie et ces brebis de tout acabit.

La société des loisirs s'est diversifiée avec l'avènement des technologies numériques. L'accès à l'internet, c'est un accès intraveineux à l'âme bestial des individus. Ces perversions entretiennent une culture, où l'image de l'égalité des chances et des idées, est sublimé dans nos cerveaux grâce à ces slogans pullulant et s'incorporant dans la conscience collective.


Certains souhaitent l'émancipation de ces chaînes virtuelles grâce à l'Éducation des masses, mais à quoi servirait-il de soumettre ces bonnes gens à l'immense tâche de s'extirper de la matrice des loisirs lorsque leur spectacle semble si réel? S'il existait une pilule permettant d'accomplir ce devoir morale, vous devriez savoir, depuis tout ce temps, qu'elle serait soumis aux mêmes lois économiques qui nous gouvernent et finiraient au même endroit que nos rêves les plus chers. Dans l'Oubli.  

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'enfermement d'une génération

Le grand enfermement d'une génération ou « The Coddling of the American Mind »
C'est la fin de l'été 2015 et une parution dans le magazine « The Atlantic » fait pas mal jaser dans les corridors. La plupart des gens du milieu le savaient, mais ils avaient peur d'en parler pour éviter les soupçons. Les murs ont des oreilles, surtout ceux des réseaux a-sociaux. L'article en question : « The Coddling of the American Mind », est signé par deux Américains, Greg Lukianoff, un avocat défenseur des droits civiques, et Jonathan Haidt, un psychologue sociale et professeur d'éthique à l'université. Le sujet? Un phénomène mystérieux sur les campus américains : des pratiques sociales et éducatives qui sont sensées aider les étudiants et qui ont l'effet inverse. L'enfer est toujours pavé de bonnes intentions.
Suite à la parution de l'article, une prises de conscience collective a lieu partout en Occident. Une série d'événements troublants sont rapportés…

De la sexualité à la vérité

De la sexualité à la vérité
Plus de trente ans après la mort de Michel Foucault et la parution des deux précédents tomes de « L'histoire de la sexualité », paraît le quatrième de la série : « Les aveux de la chair ». Cet événement littéraire nous pousse à revoir cette archéologie inachevée. L'expérience est payante pour le lecteur qui se prête à l'exercice, car dans ce dernier opus Foucault y va d'un tour de force. À travers une analyse titanesque des archives et textes des Pères de l'Église, il poursuit son analyse des « points de passage des relations de pouvoir » (La volonté de savoir, tome I) antérieurs à, et en partie constitutifs de la science de la sexualité occidentale telle qu'elle a été formée aux 18e et 19e siècles. « Science », prise non pas sous l'angle de l'économie des actes sexuels ou de la libido, mais plutôt comme une « méthode de gestion de la vie » propre à notre civilisation; le « pouvoir », étudié non pas dans sa forme « juridico-di…

« Real power is fear »

« Real power is fear » Essai sur la présidence de Donald Trump
Dès le 9 novembre 2016, au lendemain de l'élection de Donald Trump, je voyais en celui-ci la figure probable d'un leader de masse rappelant les descriptions d'Hannah Arendt à l'intérieur de son célèbre ouvrage « Les origines du totalitarisme ». Pourtant, ses frasques médiatiques rappelait plutôt Charlie Chaplin dans « The Dictator », que les portraits de Staline, Lénine et Hitler... Il m'était impossible de nommer la bête médiatique avant de mieux la connaître; avant de juger, voir de l'intérieur et dans la durée les manifestations d'usage du pouvoir de cette figure que beaucoup décrivent comme étant indescriptible dans son essence.
C'est la semaine dernière que mon souhait s'est exaucé; l'ouvrage de Bob Woodward, « Fear », sort sur les tablettes. Le livre rend compte de la première année de mandat de Donald Trump et fournit ainsi la matière première nécessaire à l'étude de ce…