Accéder au contenu principal

Think outside the box


Perché au sommet du plus haut gratte-ciel de verre
À la recherche d'un horizon sans nuage
Un cygne noir vagabonde et perd son plumage
Au travers de cette pollution planétaire

Une brèche s'ouvre dans cet atmosphère
Ahuris par cette vision de changement
Abrutis par l'élocution de notre présent
Nous sommes prisonniers de cet ère

Pendant ce temps, l'État dégénère et génère
Angoisses, passions et situations précaires
Poussés par nos pairs vers les confins de notre humanité
C'est l'air hébété qu'on se butte aux pourtours encerclant la cité

Prison à ciel ouvert, permettant de cumuler
Les richesses protégées et garanties par des lois
Qualifiées de génie du genre humain et de déni
Du monde extérieur à cette boîte de Pandore

Comment respirer sans suffoquer
À l'intérieur de ce capitalisme respiratoire
« Think outside the box» is what they say

Notre défi à tous avant d'expirer
Avant notre dernier souffle de courage
Avant notre excommunication

Nous vivons dans une société camouflée derrière les barbelés de la mondialisation. Aveugle de ce qui se passe hors de notre portée nous vaquons à nos occupations sans acclamations telle des fourmis ouvrières. Les portes de la cité sont synonymes de sécurité et de sécularité et l'emprise est tel que même au travers d'une brise de renouveau, l'État est protégé par le pouvoir de l'argent et de ses dirigeants.

Ces monstres du capitalisme sont bien heureux de vous voir aussi peu éduqués. Enclins à une participation tacite que vous leur adjugez, les pires crimes possibles par l'humanité surviennent hors de notre cité. Un peuple parfait est un peuple qui ne questionne pas l'autorité. Un peuple parfait est un peuple qui demande à être guidé. Un peuple parfait est un peuple ignare en quête d'identité.

L'éducation des masses passe par la participation dans la communauté, avec nos ami-e-s, notre famille, nos enfants et nos petits-enfants. L'éducation permet d'ouvrir un réel débat mettant en jeu nos valeurs, nos lois, notre démocratie et notre système bancaire. L'éducation de la société afin de laisser notre empreinte indélébile dans le monde moderne. Un petit peu de nous au travers de notre descendance.

Et surtout, enfin apprendre le sens du mot «liberté».




Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Mépris de classe; le sentiment de la distance

« Ce sont plutôt les « bons » eux-mêmes, c'est-à-dire les nobles, les puissants, les supérieurs en position et en pensée qui ont éprouvé et posé leur façon de faire en eux-mêmes comme bons, c'est-à-dire excellents, par contraste avec tout ce qui est bas, bas d'esprit, vulgaire et populacier. » - Nietzsche, généalogie de la morale
Au menu médiatique, chaos à l'intermarché durant une promotion de 70% pour le nutella, commentaires de mononcles aux tribunes de radio x, rire gras en face du grugeage de piscine à la résidence des jeannettes, mais surtout, le diagnostic de l'homme blanc hétéro-cissexiste-privilégié; un mépris de classe nouveau genre fait une percée marquée depuis l'apparition des médias sociaux. La mondialisation à fait ses vainqueurs et défaits ses vaincus. Plus rien ne va dans les communs, les grands récits sont morts en même temps que Dieu et l'Homme, la crise de la culture endémique poursuit son travail de démolition consumériste, le marché bou…

De la sexualité à la vérité

De la sexualité à la vérité
Plus de trente ans après la mort de Michel Foucault et la parution des deux précédents tomes de « L'histoire de la sexualité », paraît le quatrième de la série : « Les aveux de la chair ». Cet événement littéraire nous pousse à revoir cette archéologie inachevée. L'expérience est payante pour le lecteur qui se prête à l'exercice, car dans ce dernier opus Foucault y va d'un tour de force. À travers une analyse titanesque des archives et textes des Pères de l'Église, il poursuit son analyse des « points de passage des relations de pouvoir » (La volonté de savoir, tome I) antérieurs à, et en partie constitutifs de la science de la sexualité occidentale telle qu'elle a été formée aux 18e et 19e siècles. « Science », prise non pas sous l'angle de l'économie des actes sexuels ou de la libido, mais plutôt comme une « méthode de gestion de la vie » propre à notre civilisation; le « pouvoir », étudié non pas dans sa forme « juridico-di…

Le trésor révolutionnaire d'Hannah Arendt

« Plus on l'écoutait, plus on se rendait à l'évidence que son incapacité à parler était étroitement liée à son incapacité à penser – à penser notamment du point de vue de quelqu'un d'autre. Il était impossible de communiquer avec lui, non parce qu'il mentait, mais parce qu'il s'entourait du plus efficace des mécanismes de défense contre les mots et la présence des autres et, partant, contre la réalité en tant que telle. » - Eichmann à Jérusalem, Hannah Arendt
C'est dans ces termes qu'Hannah Arendt entreprend de décrire un nouveau type de mal dans l'expérience de l'histoire humaine. Car c'est aux croisements du déclin de l'état-Nation et des droits de l'homme d'une part, de la crise de représentation politique et de l'émergence des leaders de masse d'autre part, que la banalité du mal émergea comme phénomène social radical.Un phénomènequi aura sévit dans toutes les couches de la société, nous ébranlant, à travers l'…