Accéder au contenu principal

Chronique d'hiver

Se promenant le long de l'avenue des hivers
Un troubadour désenchanté, décante froidement
De cette monotonie; une richesse nationale
Produit inférieur brut issu d'une vision délétère

La nuance s'avance vaillamment devant l'égarement
Futilité et Stupidité, se prélassant, assis sur leur séant
Combattant sur deux fronts, d'image et de réel
L'égarement triomphe par épuisement, pour finalement

Vous dictez les thèmes formatés à votre pensée
Robotisés et symbolisés pour tous les spectateurs
À deux pour le prix d'un; une célèbre aubaine
Jusqu'à la sortie du prochain modèle, la semaine prochaine

Le spectateur, n'est pas partie prenante de la société. Il choisit la facilité et la docilité en opposition direct du progrès. Il se prélassera dans sa monotonie et aura pour emblème le rêve américain. Le spectateur survie sans faire de trace, comme un parasite subtil et égoïste se régalant des images qui lui seront suggérés. Le spectateur c'est moi, c'est vous, c'est nous. Et pourtant.

Et pourtant,

Chaque jour, chaque heure est une opportunité de renouer avec le principe de communauté. De faire quelque chose d'important, d'être l'acteur de sa propre pièce. De laisser une marque quelque part dans ce si grand étang d'individualisme envahissant. Et payer au suivant.

La nuance, c'est l'opportunité de franchir un fossé que l'on croyait dangereux. C'est l'acceptation de l'autre pour sa différence et la reconnaissance de soi pour la compréhension de l'autre. Je terminerai en vous priant chaleureusement, d'accepter la nuance et de ne pas voir en cela une attaque mais plutôt un clin d'oeil qui vous poussera peut-être vers quelque chose d'autre que le vide.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Mépris de classe; le sentiment de la distance

« Ce sont plutôt les « bons » eux-mêmes, c'est-à-dire les nobles, les puissants, les supérieurs en position et en pensée qui ont éprouvé et posé leur façon de faire en eux-mêmes comme bons, c'est-à-dire excellents, par contraste avec tout ce qui est bas, bas d'esprit, vulgaire et populacier. » - Nietzsche, généalogie de la morale
Au menu médiatique, chaos à l'intermarché durant une promotion de 70% pour le nutella, commentaires de mononcles aux tribunes de radio x, rire gras en face du grugeage de piscine à la résidence des jeannettes, mais surtout, le diagnostic de l'homme blanc hétéro-cissexiste-privilégié; un mépris de classe nouveau genre fait une percée marquée depuis l'apparition des médias sociaux. La mondialisation à fait ses vainqueurs et défaits ses vaincus. Plus rien ne va dans les communs, les grands récits sont morts en même temps que Dieu et l'Homme, la crise de la culture endémique poursuit son travail de démolition consumériste, le marché bou…

De la sexualité à la vérité

De la sexualité à la vérité
Plus de trente ans après la mort de Michel Foucault et la parution des deux précédents tomes de « L'histoire de la sexualité », paraît le quatrième de la série : « Les aveux de la chair ». Cet événement littéraire nous pousse à revoir cette archéologie inachevée. L'expérience est payante pour le lecteur qui se prête à l'exercice, car dans ce dernier opus Foucault y va d'un tour de force. À travers une analyse titanesque des archives et textes des Pères de l'Église, il poursuit son analyse des « points de passage des relations de pouvoir » (La volonté de savoir, tome I) antérieurs à, et en partie constitutifs de la science de la sexualité occidentale telle qu'elle a été formée aux 18e et 19e siècles. « Science », prise non pas sous l'angle de l'économie des actes sexuels ou de la libido, mais plutôt comme une « méthode de gestion de la vie » propre à notre civilisation; le « pouvoir », étudié non pas dans sa forme « juridico-di…

« Real power is fear »

« Real power is fear » Essai sur la présidence de Donald Trump
Dès le 9 novembre 2016, au lendemain de l'élection de Donald Trump, je voyais en celui-ci la figure probable d'un leader de masse rappelant les descriptions d'Hannah Arendt à l'intérieur de son célèbre ouvrage « Les origines du totalitarisme ». Pourtant, ses frasques médiatiques rappelait plutôt Charlie Chaplin dans « The Dictator », que les portraits de Staline, Lénine et Hitler... Il m'était impossible de nommer la bête médiatique avant de mieux la connaître; avant de juger, voir de l'intérieur et dans la durée les manifestations d'usage du pouvoir de cette figure que beaucoup décrivent comme étant indescriptible dans son essence.
C'est la semaine dernière que mon souhait s'est exaucé; l'ouvrage de Bob Woodward, « Fear », sort sur les tablettes. Le livre rend compte de la première année de mandat de Donald Trump et fournit ainsi la matière première nécessaire à l'étude de ce…