Une ombre

Surpris par un soleil d'été, ma vision s'embrume
Je m'arrête un instant pour admirer ses réflections
Un simple sourire réveille en moi mille passions
Incapable de résister, je fonce et j'assume

Après cet éclairci de plaisirs malsains
Je la monte sur un pied d'estale
Je m'abreuve de cet idéal
Subissant la crainte d'arriver à demain

Le matin arrive et me secoue
L'idéal saute de son perchoir, dans la boue
Une autre histoire fade, un autre mensonge
La vie est plus belle au milieu d'un songe

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La société de masse

La petite histoire des bobos contemporains

De quoi Cthulhu est-il la somme?