Soleil d'été

À l'aube des chemins, suivant l'avènement des désirs souverains
Ce simple paysan puise l'eau de ses souvenirs lointains
Liquide futile, ayant sa volonté propre pour certains
Le songe de cette nuit d'été appraîtra au soleil levant

Ses yeux perçant la vie, perçant la nuit
Par leur subtile effervescence ou serait-ce cette douce puissance?
Brun langoureux aux multiples fragrances
Pieuse lueur me captivant par son essence

Devant ce sourire aux milles éclats, je reste pantois
Pris au piège dans ce rêve où je m'abreuve de sa voix
J'espère caresser ses cheveux et lui murmurer à mi-voix
Je t'en supplie soit à moi


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La société de masse

La petite histoire des bobos contemporains

De quoi Cthulhu est-il la somme?