Accéder au contenu principal

L'impossible

La mélancolie me surbmerge depuis trop longtemps
Cette vieille amie qui s'imprime jusque dans mon sang

J'étais chez moi à endurer mon mal lorsque je me dis qu'une session d'écriture à l'abri de la ville, sur le mont Royal, pourrait m'aider à trouver mon impossible.

Je suis perdu au milieu d'une foule, d'une île, d'une ville
Je suis sans chemin à la recherche de mon destin

Je pars de mon petit appartement dans St-Henri et je monte l'avenue Greene en plein coeur de Westmount jusqu'à l'escalier Trafalgar sur Côte-des-Neiges.

Dans la cité, la richesse et la pauvreté  fourmillent
Les sans-abris et les Mercedes cohabite sans soins

Je commence mon ascension et tombe nez à nez avec la famille Raton, dans un arbre, en train de travailler sur la dernière édition de leur journal. 

Hors de la cité, je retrouve la pureté, la vie
Cette nature perdue au centre d'un océan

Après une heure à tourner en rond pour retrouver mon coin perdu dans les sentiers boueux de cet espace vert, j'abandonne et tombe par hasard sur le belvédère.

Peu importe l'endroit, peu importe le moment
L'impossible m'habite sans ménagement

Je m'assis, je mets mes écouteurs, sors mon cahier et mon crayon afin d'y coucher mes pensées. J'en suis incapable et suis absorbé par son regard.

L'impossible me guette, toujours prêt à me surprendre
Cette ombre qui guette son moment pour me vendre

Là je me dis, c'est trop beau pour être vrai, un moment de même où ça va vraiment pas puis je tombe hypnotisé sous son regard. Mais je suis incapable de me lever pour aller la voir et me présenter.

L'impossible me sait muet, c'est ce qui l'amuse
Quelle cruauté de me présenter ainsi sa muse

Un petit raton viens grimper sur les poubelles afin d'y découvrir un joyeux festin, les cents troubadours du belvédère s'amusent à regarder le petit singe en train de manger et moi je reste fixer à elle.

Le vrai spectacle ce n'est pas la vie ou la nuit
C'est la beauté simple d'une ombre qui me suit

Et puis, elle me regarde une dernière fois et part. Là je reste surpris et puis au bout de trente secondes je me lève et part la rejoindre. Je l'ai perdu de vue et je déduis le bon chemin. Je dévale les escaliers à toute vitesse et retrouve le sentier de cailloux. Je la vois qui court et je me dis «t'es capable de la rejoindre». J'entreprends ma course à bonne vitesse.

Un joggeur arrive dernière moi, lève son pouce et me dis : «Nice man, you're doing well». 

Après quelques minutes elle s'arrêtent et cela me force à arrêter puisque j'ai aucune fucking idée quoi dire. 

Les seules mots qui me viennent sont trop cheezy, digne d'une comédie romantique avec Hugh Grant: «Excuse-moi, mais je vais m'en vouloir à jamais si je ne te demandes pas ton nom». Ridicule.

L'impossible sait que même à quelques mètres
Sans confiance la distance devient des kilomètres

Elle repart à courir et je continue ma poursuite. Après quelques minutes je suis juste derrière elle et je me «fuck man, je suis bien trop près elle va croire que je suis un crazy dumbass stalker». 

Elle se retourne la tête et je suis trop gêné pour capter son regard. Elle repart à courir.

L'impossible est mon témoin, mon conjoint
Toujours prêt à m'abattre sans me donner des soins

Après deux minutes je me dis. «Damn, t'as raté ta chance man» et là je vois que le chemin est plus rapide à travers les bois et que ça rejoint le chemin principal. Je pars et commence ma descente.

«Oh fuck ça glisse», je perds pied, me cogne le tibia et étire mon aine mais je ne tombe pas. J'arrive au chemin et je suis à bout de souffle. Je me dis «elle devrait passée dans pas long». Je la vois arrivé et encore une fois je fige.

Je la vois passée à la marche, elle doit m'avoir reconnue puisqu'à ma hauteur elle recommence à courir.

Une telle beauté me surprend, me pourfend
C'est si simple de tout lui dire pourtant

Et c'est peu après que je l'ai perdu au coin de l'avenue du Parc et Mont-Royal.

Je suis parti de chez moi pour me retouver seul et je ramène une autre aventure impossible.

Et oui, c'est une histoire vraie.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'enfermement d'une génération

Le grand enfermement d'une génération ou « The Coddling of the American Mind »
C'est la fin de l'été 2015 et une parution dans le magazine « The Atlantic » fait pas mal jaser dans les corridors. La plupart des gens du milieu le savaient, mais ils avaient peur d'en parler pour éviter les soupçons. Les murs ont des oreilles, surtout ceux des réseaux a-sociaux. L'article en question : « The Coddling of the American Mind », est signé par deux Américains, Greg Lukianoff, un avocat défenseur des droits civiques, et Jonathan Haidt, un psychologue sociale et professeur d'éthique à l'université. Le sujet? Un phénomène mystérieux sur les campus américains : des pratiques sociales et éducatives qui sont sensées aider les étudiants et qui ont l'effet inverse. L'enfer est toujours pavé de bonnes intentions.
Suite à la parution de l'article, une prises de conscience collective a lieu partout en Occident. Une série d'événements troublants sont rapportés…

Mépris de classe; le sentiment de la distance

« Ce sont plutôt les « bons » eux-mêmes, c'est-à-dire les nobles, les puissants, les supérieurs en position et en pensée qui ont éprouvé et posé leur façon de faire en eux-mêmes comme bons, c'est-à-dire excellents, par contraste avec tout ce qui est bas, bas d'esprit, vulgaire et populacier. » - Nietzsche, généalogie de la morale
Au menu médiatique, chaos à l'intermarché durant une promotion de 70% pour le nutella, commentaires de mononcles aux tribunes de radio x, rire gras en face du grugeage de piscine à la résidence des jeannettes, mais surtout, le diagnostic de l'homme blanc hétéro-cissexiste-privilégié; un mépris de classe nouveau genre fait une percée marquée depuis l'apparition des médias sociaux. La mondialisation à fait ses vainqueurs et défaits ses vaincus. Plus rien ne va dans les communs, les grands récits sont morts en même temps que Dieu et l'Homme, la crise de la culture endémique poursuit son travail de démolition consumériste, le marché bou…

De la sexualité à la vérité

De la sexualité à la vérité
Plus de trente ans après la mort de Michel Foucault et la parution des deux précédents tomes de « L'histoire de la sexualité », paraît le quatrième de la série : « Les aveux de la chair ». Cet événement littéraire nous pousse à revoir cette archéologie inachevée. L'expérience est payante pour le lecteur qui se prête à l'exercice, car dans ce dernier opus Foucault y va d'un tour de force. À travers une analyse titanesque des archives et textes des Pères de l'Église, il poursuit son analyse des « points de passage des relations de pouvoir » (La volonté de savoir, tome I) antérieurs à, et en partie constitutifs de la science de la sexualité occidentale telle qu'elle a été formée aux 18e et 19e siècles. « Science », prise non pas sous l'angle de l'économie des actes sexuels ou de la libido, mais plutôt comme une « méthode de gestion de la vie » propre à notre civilisation; le « pouvoir », étudié non pas dans sa forme « juridico-di…