Accéder au contenu principal

Le samedi Roshdy dit - 23 mars 2013 - numéro 2


La fête internationale du mensonge et des demi-vérités

Cette semaine, les Américains fêtaient le dixième anniversaire de l'invasion d'Irak. Pour le Canada, cet événement nous rappelle que c'était la première fois que nous nous refusions de suivre, dans un conflit armé, nos alliés de toujours : les États-Unis et l'Angleterre. Le temps aura donné raison à l'ancien premier ministre Jean Chrétien puisque les supposés armes de destruction massive ainsi que les liens entre Al-Qaïda et Saddam Hussein existaient seulement dans l'imaginaire. Ces «preuves» présentées aux médias n'étaient qu'un plan de communication pour faire passer la pilule.

-

Parlant de «plan de communication», il y a maintenant un an, nous voyions défiler dans les rues de Montréal la première manifestation monstre de plus de 100 000 personnes s'opposant à la hausse des frais de scolarités.

Il serait peut-être temps de prévenir les troupes «gauchistes» que la «crise sociale est derrière nous» comme notre première ministre nous l'avait si bien dit le soir des élections, car il y a encore eu une arrestation de masse en date du 22 mars 2013 totalisant près de 300 arrestations. Et aucun méfait de commis. Pourtant, madame la première ministre nous le disait:«Le gel est en fait un indexation». Donc nous sommes sensés avoir gagné.

De toute façon, les policiers l'ont dit très clairement : « Il n'existe pas de droit de manifester au Québec». Ah bon.

-

Parlant aussi de pilule, l'ère des antibiotiques, tel que nous les connaissons, touche à sa fin avec l'arrivée des bactéries résistantes aux antibiotiques. De plus en plus, nous verrons des patients qui auront une infection bactérienne où la médecine sera incapable de leur proposer un traitement. La prévention des infections, la vaccination et l'hygiène de vie seront sans équivoque des mesures à prendre afin d'éviter les pires séquelles face à cette problématique.

-

Finalement, l'ennemi ultime des civilisations occidentales est révélé : il s'agit du sucre. En effet, pendant que nous combattions les gras trans et le cholestérol, le sucre poursuivait son avancé dans nos vie sans que nous nous occupions vraiment de lui. Les maladies chroniques comme l'obésité, le diabète (de type II), les cancers et les maladies cardiovasculaires auraient un incident plus élevé, plus nous consommons de sucre.

Le problème vient surtout des produits bourrés de sucre comme les breuvages sucrées car ils ne prennent pas de temps à être ingérer et digérer mais ont un apport en calorie (et en sucre) très supérieur à leurs contre-parties naturelle (comme un fruit). Donc, plus de fruits et moins fructose artificiel et vous vivrez plus longtemps.




http://www.lapresse.ca/vivre/sante/201303/22/01-4633864-le-sucre-doux-poison.php?fb_action_ids=10151561005967930&fb_action_types=og.recommends&fb_source=aggregation&fb_aggregation_id=288381481237582

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/societe/2013/03/23/004-quebec-solidaire-p-6.shtml

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Mépris de classe; le sentiment de la distance

« Ce sont plutôt les « bons » eux-mêmes, c'est-à-dire les nobles, les puissants, les supérieurs en position et en pensée qui ont éprouvé et posé leur façon de faire en eux-mêmes comme bons, c'est-à-dire excellents, par contraste avec tout ce qui est bas, bas d'esprit, vulgaire et populacier. » - Nietzsche, généalogie de la morale
Au menu médiatique, chaos à l'intermarché durant une promotion de 70% pour le nutella, commentaires de mononcles aux tribunes de radio x, rire gras en face du grugeage de piscine à la résidence des jeannettes, mais surtout, le diagnostic de l'homme blanc hétéro-cissexiste-privilégié; un mépris de classe nouveau genre fait une percée marquée depuis l'apparition des médias sociaux. La mondialisation à fait ses vainqueurs et défaits ses vaincus. Plus rien ne va dans les communs, les grands récits sont morts en même temps que Dieu et l'Homme, la crise de la culture endémique poursuit son travail de démolition consumériste, le marché bou…

De la sexualité à la vérité

De la sexualité à la vérité
Plus de trente ans après la mort de Michel Foucault et la parution des deux précédents tomes de « L'histoire de la sexualité », paraît le quatrième de la série : « Les aveux de la chair ». Cet événement littéraire nous pousse à revoir cette archéologie inachevée. L'expérience est payante pour le lecteur qui se prête à l'exercice, car dans ce dernier opus Foucault y va d'un tour de force. À travers une analyse titanesque des archives et textes des Pères de l'Église, il poursuit son analyse des « points de passage des relations de pouvoir » (La volonté de savoir, tome I) antérieurs à, et en partie constitutifs de la science de la sexualité occidentale telle qu'elle a été formée aux 18e et 19e siècles. « Science », prise non pas sous l'angle de l'économie des actes sexuels ou de la libido, mais plutôt comme une « méthode de gestion de la vie » propre à notre civilisation; le « pouvoir », étudié non pas dans sa forme « juridico-di…

Le trésor révolutionnaire d'Hannah Arendt

« Plus on l'écoutait, plus on se rendait à l'évidence que son incapacité à parler était étroitement liée à son incapacité à penser – à penser notamment du point de vue de quelqu'un d'autre. Il était impossible de communiquer avec lui, non parce qu'il mentait, mais parce qu'il s'entourait du plus efficace des mécanismes de défense contre les mots et la présence des autres et, partant, contre la réalité en tant que telle. » - Eichmann à Jérusalem, Hannah Arendt
C'est dans ces termes qu'Hannah Arendt entreprend de décrire un nouveau type de mal dans l'expérience de l'histoire humaine. Car c'est aux croisements du déclin de l'état-Nation et des droits de l'homme d'une part, de la crise de représentation politique et de l'émergence des leaders de masse d'autre part, que la banalité du mal émergea comme phénomène social radical.Un phénomènequi aura sévit dans toutes les couches de la société, nous ébranlant, à travers l'…