Un valentin

Sous les eaux troubles de son charme sublime m'interpelle
Ce voile d'embruns, échanson d'un crime qui me mêle

Que cette bohème mime cette passion divine, l'étincelle
Qui me pénètre, comme mille aiguilles jusqu'à la moelle 
L'éclat subtil de sa chair diaphane me domine
Puissants frissons me parcourant le long de l'échine

Muse de ces écrits, je la chérie et la désir
Mais avant tout, ce que je veux, c'est son plaisir

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La société de masse

La petite histoire des bobos contemporains

De quoi Cthulhu est-il la somme?