Partie en cavale

La voilà qui détale suivant ce courant
Vers cette destination magique à toute instant
Son visage unique irradiant de rouge, teinté
De l'éclat d'une vie, puissante mais désorientée

Fixant son regard poignant jusqu'à l'échine
Je pourrais voir le monde jusqu'à sa cime
Ou partir loin, même jusqu'en Chine
Priant qu'elle m'accompagne de son estime

La voilà qui détale fuyant ce courant
Pour un univers moins alarmant
Sans prouesse malsaine et acharnement
Vers une recherche inavouée de ses sentiments


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La petite histoire des bobos contemporains

De quoi Cthulhu est-il la somme?

La tradition révolutionnaire et son trésor perdu