Accéder au contenu principal

Mon pays texte 5


Les changements climatiques et leurs effets socio-politiques

L'environnement n'a jamais été le point fort de l'homme. C'est durant le 19ième siècle que l'homme moderne comprît l'importance de l'hygiène publique. Évidemment, il est question ici de la cueillette des ordures qui était inexistante. Ce vecteur de propagation des maladies fut une cause directe de certaines des pandémies les plus meurtrières.

En apprenant de ses erreurs, l'homme moderne augmenta drastiquement son espérance de vie. (avec l'aide des vaccins et de la médecine en général bien sûr) Le plus dure reste toujours à faire, à découvrir, comprendre et modifier notre environnement planétaire afin que nos générations futurs puissent prospérer à leur tour.

Pour commencer, il est important de comprendre que le phénomène s'appelle «les changements climatiques» pour plusieurs raisons. Ces changements sont propres à l'endroit sur la planète où nous nous trouvons et altèrent à tous les niveaux le climat. Découleront des catastrophes naturelles qui engendrons par leurs dégâts directes des coûts faramineux comme des ouragans et des typhons. Par contre, il ne faut pas oublier les dégâts indirects de ces changements climatiques. Les famines provoquées par les sécheresses en Afrique sub-saharienne et le déplacement de la population du Bangladesh du aux inonditations historiques provoquent des coûts tout autant, sinon plus, imposant que les dégâts directes. Ces désastres climatiques sont beaucoup moins documentés de par leur manque de sensationnalisme. Leurs conséquences sont longues et insidieuses à percevoir. Il ne faut surtout pas oublier les tensions géo-politiques qui augmenteront devant une pénurie croissante d'eau partout sur la planète.

Avant d'être confronté à nos démons nous avons le temps de changer nos habitudes de vie et diminuer l'impact de notre occupation planétaire. Pourtant, nos gouvernement ne pensent qu'à la croissance économiques infini. Cette doctrine néo-libérale qui semble avoir remplacé l'Église comme pouvoir omniscient de notre existence mène l'homme au bord du désastre. Saurons-nous y échapper?

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Mépris de classe; le sentiment de la distance

« Ce sont plutôt les « bons » eux-mêmes, c'est-à-dire les nobles, les puissants, les supérieurs en position et en pensée qui ont éprouvé et posé leur façon de faire en eux-mêmes comme bons, c'est-à-dire excellents, par contraste avec tout ce qui est bas, bas d'esprit, vulgaire et populacier. » - Nietzsche, généalogie de la morale
Au menu médiatique, chaos à l'intermarché durant une promotion de 70% pour le nutella, commentaires de mononcles aux tribunes de radio x, rire gras en face du grugeage de piscine à la résidence des jeannettes, mais surtout, le diagnostic de l'homme blanc hétéro-cissexiste-privilégié; un mépris de classe nouveau genre fait une percée marquée depuis l'apparition des médias sociaux. La mondialisation à fait ses vainqueurs et défaits ses vaincus. Plus rien ne va dans les communs, les grands récits sont morts en même temps que Dieu et l'Homme, la crise de la culture endémique poursuit son travail de démolition consumériste, le marché bou…

De la sexualité à la vérité

De la sexualité à la vérité
Plus de trente ans après la mort de Michel Foucault et la parution des deux précédents tomes de « L'histoire de la sexualité », paraît le quatrième de la série : « Les aveux de la chair ». Cet événement littéraire nous pousse à revoir cette archéologie inachevée. L'expérience est payante pour le lecteur qui se prête à l'exercice, car dans ce dernier opus Foucault y va d'un tour de force. À travers une analyse titanesque des archives et textes des Pères de l'Église, il poursuit son analyse des « points de passage des relations de pouvoir » (La volonté de savoir, tome I) antérieurs à, et en partie constitutifs de la science de la sexualité occidentale telle qu'elle a été formée aux 18e et 19e siècles. « Science », prise non pas sous l'angle de l'économie des actes sexuels ou de la libido, mais plutôt comme une « méthode de gestion de la vie » propre à notre civilisation; le « pouvoir », étudié non pas dans sa forme « juridico-di…

Le trésor révolutionnaire d'Hannah Arendt

« Plus on l'écoutait, plus on se rendait à l'évidence que son incapacité à parler était étroitement liée à son incapacité à penser – à penser notamment du point de vue de quelqu'un d'autre. Il était impossible de communiquer avec lui, non parce qu'il mentait, mais parce qu'il s'entourait du plus efficace des mécanismes de défense contre les mots et la présence des autres et, partant, contre la réalité en tant que telle. » - Eichmann à Jérusalem, Hannah Arendt
C'est dans ces termes qu'Hannah Arendt entreprend de décrire un nouveau type de mal dans l'expérience de l'histoire humaine. Car c'est aux croisements du déclin de l'état-Nation et des droits de l'homme d'une part, de la crise de représentation politique et de l'émergence des leaders de masse d'autre part, que la banalité du mal émergea comme phénomène social radical.Un phénomènequi aura sévit dans toutes les couches de la société, nous ébranlant, à travers l'…