Accéder au contenu principal

J'ai serré la main à Jack

Quelques semaines avant le 2 mai 2011 j'ai eu le plaisir de me présenter à un rassemblement du Nouveau Parti Démocratique. J'ai pu voir un excellent et flamboyant discours de Thomas Mulcair et un discours rassembleur et unique de Jack Layton. J'ai eu l'immense privilège de serré la main à ce grand homme. Grand, non pas par sa taille, qui était deux fois moins imposantes que la mienne, mais par son charisme, sa force de caractère et sa présence. Je me souviendrai toujours de cette poignée de main. (et surtout après qu'il m'aie remercier d'avoir mis de la vie dans son discours à ses troupes.)

Le 2 mai 2011 arrive et comme j'avais dit un ou deux mois plus tôt la Vague Orange change le paysage électorale québécois du bleu au orange. L'espoir se lit sur le visage des Québécois pour la première fois depuis plusieurs années et nous sommes tous derrière Jack pour travailler ensemble.

Puis le coup de masse. Le destin nous frappe en plein visage et je ne peux m'empêcher de revoir en souvenir un Jack essoufflé au point d'être incapable de terminer ses phrases sans reprendre son souffle. Signe d'une grande détresse. Signe d'impuissance, d'une souffrance qu'il combattait pour ne pas décevoir ses amis. 

Les mots me manquent encore devant cette tragédie. Jack à su combler se vide avec sa dernière lettre. 

L'espoir

Quand on décroche de la réalité
Que ce soit par une idée de solidarité
Quand on déroge de notre vivacité
Raccroche avant qu'on soit limité

Le cynisme ambiant c'est un parodie
Notre pays nous le savons où il est enfoui
Quand à savoir ce qu'on veut en faire
C'est pas aujourd'hui que ça va me faire taire

Travailler ensemble c'est pas une idée saugrenue
Pour changer, pour hurler mais y crois-tu?
Crois-tu à notre force, tous uni?


J'y crois et vous?

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Mépris de classe; le sentiment de la distance

« Ce sont plutôt les « bons » eux-mêmes, c'est-à-dire les nobles, les puissants, les supérieurs en position et en pensée qui ont éprouvé et posé leur façon de faire en eux-mêmes comme bons, c'est-à-dire excellents, par contraste avec tout ce qui est bas, bas d'esprit, vulgaire et populacier. » - Nietzsche, généalogie de la morale
Au menu médiatique, chaos à l'intermarché durant une promotion de 70% pour le nutella, commentaires de mononcles aux tribunes de radio x, rire gras en face du grugeage de piscine à la résidence des jeannettes, mais surtout, le diagnostic de l'homme blanc hétéro-cissexiste-privilégié; un mépris de classe nouveau genre fait une percée marquée depuis l'apparition des médias sociaux. La mondialisation à fait ses vainqueurs et défaits ses vaincus. Plus rien ne va dans les communs, les grands récits sont morts en même temps que Dieu et l'Homme, la crise de la culture endémique poursuit son travail de démolition consumériste, le marché bou…

De la sexualité à la vérité

De la sexualité à la vérité
Plus de trente ans après la mort de Michel Foucault et la parution des deux précédents tomes de « L'histoire de la sexualité », paraît le quatrième de la série : « Les aveux de la chair ». Cet événement littéraire nous pousse à revoir cette archéologie inachevée. L'expérience est payante pour le lecteur qui se prête à l'exercice, car dans ce dernier opus Foucault y va d'un tour de force. À travers une analyse titanesque des archives et textes des Pères de l'Église, il poursuit son analyse des « points de passage des relations de pouvoir » (La volonté de savoir, tome I) antérieurs à, et en partie constitutifs de la science de la sexualité occidentale telle qu'elle a été formée aux 18e et 19e siècles. « Science », prise non pas sous l'angle de l'économie des actes sexuels ou de la libido, mais plutôt comme une « méthode de gestion de la vie » propre à notre civilisation; le « pouvoir », étudié non pas dans sa forme « juridico-di…

Le trésor révolutionnaire d'Hannah Arendt

« Plus on l'écoutait, plus on se rendait à l'évidence que son incapacité à parler était étroitement liée à son incapacité à penser – à penser notamment du point de vue de quelqu'un d'autre. Il était impossible de communiquer avec lui, non parce qu'il mentait, mais parce qu'il s'entourait du plus efficace des mécanismes de défense contre les mots et la présence des autres et, partant, contre la réalité en tant que telle. » - Eichmann à Jérusalem, Hannah Arendt
C'est dans ces termes qu'Hannah Arendt entreprend de décrire un nouveau type de mal dans l'expérience de l'histoire humaine. Car c'est aux croisements du déclin de l'état-Nation et des droits de l'homme d'une part, de la crise de représentation politique et de l'émergence des leaders de masse d'autre part, que la banalité du mal émergea comme phénomène social radical.Un phénomènequi aura sévit dans toutes les couches de la société, nous ébranlant, à travers l'…